10/10/2018 : journée mondiale contre la peine de mort

Plus des deux tiers des pays du monde ont désormais aboli la peine capitale, une victoire importante pour les défenseurs des droits de l’homme. Cette sanction a pratiquement été effacée de la carte en Europe et en Amérique du sud et son abolition progresse sur le reste du globe.

Les conditions de détention peuvent varier d’un endroit à un autre, mais nous affectent tous.
Qu’il s’agisse des conditions d’isolement aux États-Unis, ou des prisons surpeuplées dans certains pays d’Afrique et d’Asie, les conditions de vie des personnes condamnées à mort provoquent fréquemment une déshumanisation au mépris de la dignité des individus.
Bien souvent les personnes condamnées à mort deviennent des êtres humains dans lesquels la société n’investit plus. Tout se passe comme si, avant même d’être exécutées, ces personnes n’avaient déjà plus droit à la vie, comme si elles n’étaient plus considérées comme des « êtres humains ».
Enfin, les personnes détenues dans les couloirs de la mort ont très peu de contacts avec leurs familles et leurs avocats, étant donné que l’accès aux couloirs de la mort est très restreint. Ainsi, les conditions de détention affectent non seulement les personnes condamnées à mort, mais aussi les familles, les proches.

À l’initiative de la Coalition mondiale contre la peine de mort, les abolitionnistes du monde entier se mobilisent le 10 octobre pour tenter de convaincre les gouvernements et les opinions publiques de ces pays de renoncer à la peine capitale. L’ACAT participe à cette journée.

10 raisons d’abolir la peine de mort.
Une semaine "vécue" par Charles Mamou
En savoir plus sur cette journée. Agissez !

Téléchargez et diffusez la vidéo de témoignage des correspondants ACAT avec des détenus dans les couloirs de la mort aux États-Unis !

 


Evénement de l'agenda

Mercredi 10 Octobre de 00h00 à 23h50

Contact : ACAT-France