15 août : Fête de l'Assomption

La Vierge noire, à la basilique de la Daurade, à Toulouse.

 

Au VIème siècle, l’empereur byzantin étend à l’ensemble de l’Église byzantine une fête mariale, le 15 août, et lui donne le nom de Dormition de la Mère de Dieu. Cette fête se répand ensuite dans l’Église universelle. En Occident, elle prend le nom d’Assomption. Les deux dénominations ne font que mettre l’accent sur deux aspects du même mystère : l’enlèvement au ciel et le sommeil de Marie.


Bonne fête de l’Assomption à tous

et bonne fête à toutes les Marie !

 

 

Prière de Madeleine Delbrêl à la Sainte Vierge

Voici une prière pour nous aider à renouveler notre esprit missionnaire et donner à d’autres le goût de l’Évangile. Madeleine Delbrêl (1904-1964) était poète, assistante sociale, une mystique confrontée à l’athéisme marxiste qui n’hésitait pourtant pas à annoncer l’Évangile.

« Sainte Marie qui, mieux que personne,
savez que toute mission est
la continuation de l’Incarnation Rédemptrice de votre Fils,
donnez-nous, à nous, missionnaires de notre pauvre temps,
le sens authentique de cette Incarnation et de cette Rédemption.
Donnez-nous de nous enfoncer jusqu’au plus profond de ce monde,
pour y conduire la Parole de Dieu vécue de toute la force de notre cœur.
Mais soyez surtout, Sainte Marie, Mère de Dieu,
notre capacité de Grâce,
le silence où la Parole de Dieu
pourra sans modification et sans gauchissement
prendre possession de nous,
la docilité où le Saint-Esprit modèlera
le missionnaire que nous devons être.
Donnez-nous de comprendre que poursuivre cette incarnation
ce n’est pas conformer la Grâce, à la figure de ce monde,
mais mettre en lui une vie si puissante et si nouvelle,
qu’il en soit revivifié et rajeuni ».

Ainsi soit-il.


Madeleine Delbrêl, « La sainteté des gens ordinaires », Nouvelle Cité 2009, p. 98 et 99

 

Qu’est-ce que l’Assomption ?

Evénement de l'agenda

Mardi 15 Août

À quelle heure est la messe du mardi 15 août
dans le diocèse de Toulouse ?

 

 

 

Prière mariale de saint Ephrem

Remplis ma bouche, ô Marie,
de la grâce de ta douceur.
Éclaire mon intelligence,
toi qui as été comblée de la faveur de Dieu.
Alors ma langue et mes lèvres
chanteront allègrement tes louanges
et plus particulièrement
la salutation angélique,
annonciatrice du salut du monde,
remède et protection de tous les hommes.
Daigne donc accepter que moi,
ton petit serviteur,
je te loue et te dise
et redise doucement :
« Réjouis-toi, Marie, comblée de grâces. »