Contemplation de l’Évangile du 4ème samedi de Carême : Jésus est méprisé comme Galiléen

par Monsieur José Raisson, diacre

Contemplation de l’Évangile du 4ème samedi de Carême : Jésus est méprisé comme Galiléen

En ce douzième jour de confinement, samedi 27 mars, nous vous proposons de contempler l’Évangile du 4ème samedi de Carême, lorsque Jésus est méprisé comme Galiléen.

Profitons du confinement pour sortir de nos jugements et mépris

Contemplation selon saint Ignace. Prier l’Esprit saint et demander une grâce, par exemple de me guérir de mes découragements, ou autre, puis lire le texte découpé en 3 parties. Prendre un temps sur chaque partie, 10 minutes par exemple. Relire cette partie, imaginer la scène, écouter, choisir quel personnage je suis (pas Jésus), ce qu’il dit, voit, entend, ressent, fait. Rester sur ce qui a du goût, ce qui me touche. Puis la 2e partie, la 3e, et finir par un moment de dialogue avec le Seigneur.


Évangile (Jn 7, 40-53)

En ce temps-là, Jésus enseignait au temple de Jérusalem. Dans la foule, on avait entendu ses paroles, et les uns disaient : « C’est vraiment lui, le Prophète annoncé ! » D’autres disaient : «  C’est lui le Christ !  » Mais d’autres encore demandaient : «  Le Christ peut-il venir de Galilée ? L’Écriture ne dit-elle pas que c’est de la descendance de David et de Bethléem, le village de David, que vient le Christ ?  » C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui.

Quelques-uns d’entre eux voulaient l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui. Les gardes revinrent auprès des grands prêtres et des pharisiens, qui leur demandèrent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ?  » Les gardes répondirent : « Jamais un homme n’a parlé ainsi !  » Les pharisiens leur répliquèrent : « Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ? Parmi les chefs du peuple et les pharisiens, y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ? Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi, ce sont des maudits !  »

Nicodème, l’un d’entre eux, celui qui était allé précédemment trouver Jésus, leur dit : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? » Ils lui répondirent : « Serais-tu, toi aussi, de Galilée ? Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée !  » Puis ils s’en allèrent chacun chez soi.


Première partie de l’Évangile du jour

Galilée signifie cercle, région. Les Galiléens étaient méprisés des Judéens qui leur reprochaient d’avoir une pratique religieuse impure, un langage grossier et d’avoir pour origine des païens mélangés à des descendants des Dix Tribus qui n’étaient pas partis en captivité, tous à convertir. Jésus est souvent désigné par les Judéens comme ’le Galiléen’. Il y a aussi méprise sur l’origine de Jésus, né en voyage, à Bethléem de Judée. Isaïe a prophétisé  : «  le Seigneur a couvert de honte le pays de Zabulon et le pays de Nephtali  ; mais ensuite, il a couvert de gloire la route de la mer, le pays au-delà du Jourdain, et la Galilée des nations  ». (Is. 8, 23) Les ’nations’ signifient les peuples païens, donc impurs, sales.

♦ Je peux prendre 10 minutes pour contempler le regard d’amour du Père sur tous les peuples et chaque homme, je peux passer en revue mes proches et lointains, amis ou ennemis.

Deuxième partie de l’Évangile du jour

Les gardes sont envoyés arrêter Jésus, méprisé par les chefs du peuple, mais les gardes sont touchés au coeur par sa parole prophétique  : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! ». Les chefs manipulent habituellement les faibles, mais ils échouent avec le charisme prophétique de Jésus. On les voit méprisant la foule qu’ils voient maudite, leur orgueil est mis au jour, mais ils ne peuvent tuer Jésus tant que son heure n’est pas venue. «  Les hommes regardent l’apparence, mais Dieu regarde le coeur  ». (1 S 16,7) Réalisons que le mépris écrase, tue même par l’humiliation et la honte qu’il engendre chez les faibles qui ne pourront s’en relever. Au contraire, avec Jésus, «  il a été jeté (dehors), l’accusateur de nos frères  » (Ap 12,10)

♦ Je peux prendre 10 minutes pour écouter Jésus Verbe divin, Parole créatrice de l’univers, venu révéler l’amour du Père pour les petits et humiliés, et les relever.

Troisième partie de l’Évangile du jour

Nicodème, dont le nom signifie peuple vainqueur, ose réclamer que l’on entende Jésus avant de le condamner, il défend la vérité et la justice contre les violents. Il est rejeté aussi, les préjugés sont plus forts, mais sainte Bernadette disait avec son bon sens  : «  je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire  ».

♦ Je peux prendre 10 minutes pour contempler Nicodème, tous les hommes de bonne volonté et les chrétiens qui ont défendu la vérité et la justice contre préjugés et jugements hâtifs.

♦ Je termine par 5 minutes de dialogue amical avec Jésus. Qu’ai-je envie de lui dire ? Il me répond  ? Conclure par un signe de croix, me lever, noter mon vécu.

José Raisson, diacre

► Si vous souhaitez recevoir chaque jour une proposition de méditation, vous pouvez en faire la demande par mail à Monsieur José Raisson : joma.raisson chez laposte.net

 


Actualité publiée le 27 mars 2020