Départ des soeurs franciscaines


AUFRERY-PIN BALMA (1939-2019) : 80 ANS DE PRESENCE MISSIONNAIRE


Nous sommes réunis aujourd’hui, le 1er juin 2019, pour célébrer une messe d’action de grâce pour les 80 ans de présence missionnaire des sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie en ce lieu d’Aufréry-Pin Balma avant leur départ définitif le 14 juin 2019.

(...)

C’est en 1939 que les sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie arrivent à Aufréry. Elles répondent ainsi à un appel pour deux projets : d’une part, celui du docteur Laboucarié qui cherche des religieuses infirmières pour prendre soin des résidents de la clinique psychiatrique qu’il vient d’ouvrir dans le château d’Aufréry, d’autre part, celui de l’Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie qui cherche à fonder une communauté pour le soin de sœurs malades.

Une petite équipe de jeunes sœurs se lance dans cette rude aventure. En pleine guerre, elles assument de nombreuses responsabilités : soins des malades, intendance, lessive, direction, secrétariat…

En 1948, l’Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie achète un parc et une partie des dépendances proches de la clinique. Une sœur, architecte improvisée mais bien inspirée, transforme ce lieu pour y édifier une belle chapelle et un cloitre ornés des briques roses toulousaines. Ce bâtiment abrite deux groupes de sœurs : celles qui sont actives et les sœurs malades qui formeront, en 1968, une seule communauté d’une trentaine de sœurs.

La propriété est grande et les sœurs s’investissent pour la mettre en valeur en faisant du jardinage, de l’apiculture, des conserves de fruits, et en ayant aussi un poulailler.

Elles mettent tout autant d’énergie à s’impliquer dans la paroisse en œuvrant dans la catéchèse, l’accueil de groupes, les ouvroirs. Des générations de jeunes se sont succédées pour les retraites, pour les camps, et encore aujourd’hui plusieurs se souviennent de se « bon temps » vécu ici, à Aufréry.

Après 40 ans de service à la clinique, les Franciscaines missionnaires de Marie laissent progressivement leur poste de responsabilité à des laïcs.

A partir de 1984, la maison est aménagée en maison de retraite pour les sœurs âgées et malades.

Au fil des années, la maison est restructurée pour devenir plus fonctionnelle et selon les normes exigées. Progressivement, du personnel laïc est engagé pour assurer les soins, et le fonctionnement général de la maison.

En 2010, la maison de retraite devient Petite Unité de Vie de 24 lits. Sœurs résidentes et non résidentes forment une seule communauté.

Au 1er janvier 2017, la gestion de l’activité est confiée à l’Association Notre Dame de Joie. Les sœurs ainées devenant de moins en moins nombreuses, la maison élargit son accueil aux personnes laïques ou religieuses venues d’ailleurs. Toutes forment une grande famille où se vit une belle entre-aide.

Depuis l’annonce, fin janvier, de l’arrêt de l’activité sur ce site, les laïcs et les religieuses non FMM, ont rejoint progressivement, l’EHPAD de La Cadène, géré par l’Association Notre Dame de Joie.

Les sœurs et le personnel quitteront prochainement, à leur tour, ce site dont nous ne connaissons pas encore l’avenir.

Même si nous sommes éprouvées par ce départ, notre cœur est rempli d’action de grâces pour tout le beau et le bien que le Seigneur a accompli ici pendant ces 80 ans au travers de la mission des sœurs et de nombreuses personnes, et par sa présence Eucharistique dans cette chapelle, où tant et tant de personnes ont pu reprendre souffle sur leur route quotidienne.

Que Notre Dame de Consolation, protectrice de ce site durant toutes ces années, veille maintenant sur chacun de vous et sur les personnes qui viendront habiter ce lieu ! Encore merci à vous tous !

Arlette Parriel

Provinciale

 


Actualité publiée le 10 juillet 2019