NOVEMBRE 2017

Les mains dans la boue

Edito :

A Lourdes, pour l’université de la diaconie où étaient présentes une vingtaine de personnes de notre diocèse, nous avons vécu le geste "des mains dans la boue". Comme la Vierge l’a demandé à Sainte Bernadette, nous avons sali nos mains pour trouver la source qui coule sous la grotte. Puis les mains pleines de boue, nous avons prié devant la grotte. Ce geste me rappelle qu’être chrétien, c’est aussi se retrousser les manches et mettre toute notre énergie pour que plus personne ne soit oublié. La misère n’est pas une fatalité si chaque chrétien s’engage là où il est, dans sa communauté, dans sa ville, dans le monde associatif... la misère reculera. Voila une belle mission !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parole de pauvres

Un maître qui fait confiance

"Le maître est un homme juste : en donnant selon la capacité de chacun, il ne charge pas inutilement. C’est un homme bon et juste. Dans la vie, c’est pareil : on fait en fonction de ce que l’on est, de ce que l’on peut. Si on nous fait confiance, on y va"

"Les serviteurs doivent commencer à se demander ce qu’ils vont faire de ces talents. Ils sont face à eux-mêmes et face à leurs responsabilités"

"On se fait du mal à soi-même quand on enterre son talent"

"Moi, ca m’arrive de dire non au Seigneur : non, j’en ai marre, j’en ai marre ; et le Seigneur ne m’en veut pas pour ça. Je crois que le Seigneur m’aime quand même et même d’autant plus que je suis capable de lui dire : je regrette parce que je ne peux pas, voilà ; je t’aime mais pour l’instant, je ne veux pas, je ne peux pas."
 

Paroles recueillies pour la veillée de prière du 17 octobre, à partir de la méditation de la parabole des talents de Mathieu 25, 14-30

 


Actualité publiée le 6 janvier 2018