eglise de baziege

Située en Midi Pyrénées - département de la Haute Garonne -
à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Toulouse en direction de Carcassonne, la commune de Baziège fait partie du Lauragais.
Son église se trouve entre la place Jeanne d’Arc et la Grand Rue.

UN PEU D’HISTOIRE …


L’occupation du site de Baziège est antérieure à l’époque romaine, où la ville prend le nom de “ Badera ”. Celle-ci est à “M P XV ” soit 15 000 pas de Toulouse, comme le rappelle la Sainte Pierre, borne milliaire romaine devenue objet de dévotion, qui se trouve aujourd’hui dans l’église Saint Etienne.

La ville se développe au début du XIe s. lorsque les seigneurs de Caraman, avec l’autorisation du roi, y installent le marché au sel. En 1219, un écrit rapporte la bataille de Baziège entre Amaury de Montfort qui fait une razzia de bétail et de vivres et Raymond-Roger comte de Foix. Ce dernier, réfugié dans Baziège, fait appel à Raymond VII de Toulouse qui l’aidera à gagner la bataille considérée par les Chroniques comme une victoire sur les croisés.

Au XIVe s, la région est ravagée par la famine, la peste et le Prince Noir. Au XVe s. des bandes de "routiers" pillent, rançonnent et détruisent des villes, dont Baziège. Celle-ci est ensuite protégée par un fort et des fossés. Son église fortifiée peut aussi servir de refuge, ce qui explique l’absence de murailles. A partir du milieu du XVe s., la ville bénéficie de l’essor du pastel comme l’ensemble du Pays de Cocagne.

Si le Lauragais a beaucoup souffert durant les Guerres de Religion, Baziège semble relativement épargnée. Au XVIIe s. malgré la construction du canal du Midi et l’amélioration des routes, la région n’a pas connu de grand essor économique. Malgré tout, Baziège continue à se développer, resserrée autour de son église et de part et d’autre de la Grand Rue. C’est un relais important et proche de Toulouse.

Depuis le XVIIIe s. et encore aujourd’hui, c’est dans l’exploitation céréalière que le Lauragais choisit de se spécialiser.

L’EXTERIEUR DU BATIMENT


L’église est entièrement bâtie en briques. Comme souvent, les murs sont ponctués de trous de boulin servant avant tout à poser des échafaudages.
L’entrée principale se trouve aujourd’hui à l’ouest. L’avant-corps du XIXe s. est néo-roman. Deux arcs en plein-cintre protègent chacun un occulus. L’imposant clocher-mur (XIVe s.) est formé d’un fronton dominant cinq arcs en mitre disposés sur trois niveaux par taille décroissante. De part et d’autre, se trouvent deux tourelles surmontées d’un pignon pyramidal.
Le souvenir de l’ancien accès à l’église a été conservé sur le mur extérieur de la chapelle de la Sainte Pierre. La porte XIXe s ouvrant la chapelle Saint Joseph sur la Grand Rue, est de style néo-médiéval (statue de Saint Etienne, gargouilles).

L’INTERIEUR


Bien que restaurée en 1971- 1972. l’église reste de style gothique. Elle a été construite au XIVe s., en deux étapes (différences de hauteur et de largeur, voûtement plus complexe à l’est qu’à l’ouest).

Elle est entièrement voûtée d’ogives et supportée ponctuellement par des contreforts entre lesquels viennent se loger les chapelles. Les fenêtres ne prennent pas toute la largeur des travées et le clocher-mur domine la nef. Cet ensemble de briques est caractéristique du gothique méridional.

Les travées sont couvertes par quatre voûtains, sauf l’abside à cinq pans, la travée de choeur et la chapelle du Sacré-Coeur qui ont une voûte à liernes et tiercerons.
L’accès à l’église se faisait autrefois sur le côté par un portail gothique en pierre. L’arc brisé sans tympan est porté par des colonnettes ; les chapiteaux restent cependant d’inspiration romane.
Les voûtes de la nef, de l’abside et de la chapelle Saint Joseph sont couvertes par un décor de fausses pierres (XIXe s.).

paln de l’eglise

 

LES VITRAUX

Les vitraux datent du XIXe siècle sauf le vitrail 16 (contemporain). Nombre d’entre eux ont été restaurés.

1 Le Bon Pasteur.
2 Saint Saturnin.
3 Saint Etienne.
4 et 5 Les quatre Evangélistes
Le Rosaire (Saint Dominique et la Vierge à l’Enfant).
7 L’Annonciation.
8 à 13 Saint Paul et onze apôtres.
14 Saint Martin.
15 Sainte Jeanne d’Arc.
16 et 17 Le Baptême du Christ.
18 Le Purgatoire.
19 Motifs géométriques.
20 L’Ascension de Sainte Germaine.
21 et 22 Portraits de deux ecclésiastiques.

 LE MOBILIER

L’Autel (XVIIIe s.) est composé de marbres colorés de diverses provenances.

 La Sainte Pierre est une colonne de granit qui se trouve dans l’église depuis la Révolution. C’est une borne milliaire romaine comportant trois inscriptions latines.
La tradition veut qu’un jeune croyant de 20 à 25 ans, soit mort pour le Christ, attaché à cette colonne dont on a fait une relique où les malades en particulier les rhumatisants, peuvent venir appliquer des linges humides.

Le bénitier en marbre de Caunes-Minervois, rouge veiné de blanc (XVIIIe s.).


n Les Fonds Baptismaux

# Pietà en bois doré

# # # La Crucifixion
Le Christ est entouré de la Vierge et de Saint Jean.
L’Orgue de 1840 a été modifié et agrandi trois fois. Il a été récemment remis en état grâce aux paroissiens et autorités locales, et béni en 1994 par Mgr Collini. D’une excellente sonorité, il s’adapte à toutes les musiques.

LES PEINTURES

Derrière l’autel, deux tableaux de Jean Baptiste Despax (XVIIIe s) : “ l’Adoration des Mages" et “ la Présentation aux Bergers ”.

Dans la chapelle Sainte Germaine le martyre de Saint Etienne et dans celle de Saint Joseph deux saints au pied de la Vierge à l’Enfant.


LES CHAPITEAUX 

Il s’agit plutôt de culots car il n’y a pas de colonnes.

Chapelle des Evangélistes

1 - Saint Mathieu (homme ailé).
2 - Saint Luc (taureau ailé).
3 - Saint Jean (aigle).
4 - Saint Marc (lion ailé).
 - Clef de voûte à deux blasons.

Chapelle de l’Agonie ou de la Pietà

1, 3, 4 visages sculptés en méplat
Chapelle des Fonds Baptismaux
2 et 4 - visages sculptés en méplat

Chapelle de la Sainte Pierre

Ancien portail à six chapiteaux stylisés (4 l’avare, bourse au cou)
Chapelle Saint Jacques
2 - Ecu décoré de bâtons et de coquilles symboles du pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle.
4 - Coquille Saint Jacques.

Chapelle du Sacré Choeur

1, 2, 3 et 4 - Dragons ailés.
Chapelle Marie Madeleine
1 - Femme aux cheveux longs tenant un vase (Marie-Madeleine).
2 - Personnage au casque ailé portant un bouclier et un bâton.
3 et 4 - Deux oiseaux