Fête de l'Assomption

Le 15 août, en la fête de l’Assomption, de la chapelle la plus locale au sanctuaire le plus international, les fidèles se rassemblent.

Deux raisons à cela, parmi beaucoup d’autres :

 - Le dogme de l’Assomption, proclamé en 1950 par Pie XII, célèbre le fait que Marie, ayant mis au monde l’auteur de la vie, son corps est « préservé de la dégradation du tombeau » (préface de l’Assomption). Dans notre société de l’éphémère, du jetable, du mortel, de l’incertain, le don de soi se révèle plus fort que toute mort.

- Autre aspect : « Marie est une mère qui peut toujours nous comprendre » disent volontiers les pèlerins. En ce contexte social et international particulièrement tendu, les chrétiens confient à Marie ce qu’ils ont sur le cœur : blessures, cris de douleur et de joie, volonté de réconciliation, de solidarité.

« Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, a été prise corps et âme dans la gloire céleste  ». Par cette formulation brève, l’Église ne précise ni le comment, ni le moment, ni même si Marie eut à mourir, et de quelle mort (les églises orientales appellent cette même fête "dormition"), ni même si elle fut élevée au Ciel. De manière lapidaire, la formule indique qu’elle a été « prise » (assumpta) dans la gloire de Dieu.

Ce dogme de l’Assomption de la Vierge ne vient pas d’une enquête historique visant à reconstituer ce que Marie pensait d’elle-même, et pas davantage de l’opinion des apôtres ou de quelque autre contemporain. Les dogmes de l’Église à propos de Marie naissent de la reconnaissance par l’Église de l’œuvre de Dieu en elle et à travers elle.

En la fête de l’Assomption, l’Église proclame que "dans le ciel où elle est déjà glorifiée corps et âme, la Mère de Jésus représente et inaugure l’Église en son achèvement dans le siècle futur, de même sur cette terre, en attendant la venue du jour du Seigneur (cf. 2 P 3, 10), elle brille déjà devant le Peuple de Dieu en pèlerinage comme un signe d’espérance assurée et de consolation." (Vatican II, Lumen Gentium 68)

Bonne fête à toutes les Marie et bonne fête de l’Assomption à tous !

 


Actualité publiée le 9 août 2018

 

 

pour ma Mère et ma Reine.

Je vous livre et consacre, en toute soumission et amour,
mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs,
et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit
de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient,
sans exception, selon votre bon plaisir,
à la plus grande Gloire de Dieu,
dans le temps et l’éternité. Amen. »

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716)

 

Pour trouver votre horaire de messe :

 

 

Pour trouver l’horaire de votre messe de l’Assomption dans le diocèse, c’est ici !