Histoire et Patrimoine

Cette église ne se situait pas à l’origine à Lardenne, mais elle avait été déplacée en pleine tourmente révolutionnaire.

Le mot « Ardenne » serait d’origine celtique

Lardenne désignait autrefois tout le plateau qui s’étend à l’ouest de Toulouse, de l’embouchure du Touch aux limites de Cugnaux et Portet. On y distinguait l’Ardenne haute (altitude 152 m) et l’Ardenne basse (139 m à la Patte d’Oie). Ce territoire couvre aujourd’hui non seulement le quartier dit de « Lardenne », mais aussi ceux de Purpan, Ancely, Le Mirail, Bellefontaine, Fontaine Lestang, la Faourette, Casselardit, les Pradettes ...

Le mot « Ardenne » serait d’origine celtique (« ar-duen » signifie sombre et noir) et désignerait une forêt épaisse, comme celle du nord-est de la France. De ces impénétrables forêts, il ne reste aujourd’hui que la forêt de Laramee, ancien prieuré des Templiers, presque entièrement défrichée et aménagée en base de loisirs (La Ramée), et plus loin, celle de Bouconne.

Une vocation paroissiale sur un lieu de passage

A l’origine, la première église fut très probablement construite sur l’emplacement d’un temple romain dans le sanctuaire rural d’Ancely Purpan. Cette première église fut adossée au domaine du château Saint Michel. Au cours des siècles, cette église s’est dégradée. Mais c’est pendant la révolution française que fut finalement décidé d’établir l’église Saint Michel sur le domaine Ferrery de Lardenne. Un curé de Lardenne rêva d’avoir un monument plus digne des fonctions qui s’y accomplissaient. Il sut intéresser la municipalité de Toulouse et les habitants de Lardenne. Il s’appelait Jean-Michel Achille Rocous de Saint Amans. Il fut curé de Lardenne de 1845 à sa mort en 1882.

Une architecture néo-romane méridionale

Au XIXe siècle, on retourne vers une architecture plus classique, conforme aux églises anciennes, romanes ou gothiques. La proximité entre le prêtre et les fidèles se traduit par une nef unique, sans transept ni collatéraux. De même, les absides en cul de four réapparaissent. L’église Saint Michel de Lardenne est un exemple de cette architecture néo-romane.

Le ciel ouvert

Dans l’Evangile selon Saint Jean, Jésus, trois jours après son baptême affirme aux disciples de Jean-Baptiste qu’il entraîne à sa suite : « Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au dessus du Fils de l’homme » (Jn 1,51). On trouve cette représentation du ciel ouvert dans les nombreux tableaux de l’église, tableaux à thèmes religieux, la plupart sans rapport avec Saint Michel dont l’église porte le nom.

Un maître peintre-verrier toulousain Amédée Bergès

Les ouvertures principales sont formées de huit baies en plein cintre, ornées de vitraux à motifs géométriques et frises, avec une figure de Saint ou de Sainte dans un médaillon. Le pourtour de chaque verrière est souligné d’une bordure de couleur. Plusieurs de ces vitraux ont dû être restaurés après l’explosion de l’usine AZF en 2001. Le chœur et les chapelles latérales accueillent également des vitraux réalisés dans les ateliers du peintre et maître verrier toulousain, Amédée Berges.

Un orgue du facteur d’orgue toulousain Baptiste Puget (fils de Théodore)

II s’agit d’un orgue à caractère romantique composé de douze jeux, réalisé par Baptiste Puget, de la célèbre famille toulousaine de facteurs d’orgues. L’orgue est situé en tribune, au fond de la nef de l’église. Le buffet, très simple, est de facture néo-classique. L’orgue d’origine a été modifié en 1951 avec l’installation d’une transmission pneumatique et l’emploi de matériaux de piètre qualité.

Il n’est plus jouable actuellement, un projet de restauration est en cours pour le faire rechanter grâce à la Mairie de Toulouse.

Un ouvrage collectif dirigé par Béatrice Timbal-Lesbre

Un ouvrage collectif « L’église Saint Michel de Lardenne et son histoire » dirigé par Béatrice Timbal-Lesbre est édité par l’association les Amis des Orgues de Lardenne.

Des origines à l’architecture, de l’autel au statuaire, des vitraux à la fresque de l’abside et aux peintures, des orgues à la défense du patrimoine, cet ouvrage vous emmènera au cœur d’une démarche de partage et de sauvegarde de notre patrimoine cultuel et culturel.

Pour obtenir cet ouvrage il suffit de s’adresser à l’association les Amis des Orgues de Lardenne, 207 avenue de Lardenne, 31100, Toulouse à l’accueil paroissial (tél ou email)