Internet : attention dangers !

Aux pièges inhérents à la puissance d’hypnose et d’addiction d’Internet s’ajoutent des écueils intrinsèquement liés à nos pratiques compulsives du numérique.

Quatre dangers nous guettent lorsque nous naviguons abondamment sur la Toile. Il est important de les identifier afin de nous en prémunir. Le premier, c’est de quitter insensiblement le monde réel pour une réalité toute virtuelle. À la longue, vous ne fréquentez plus d’amis autour d’un bon apéritif, agrémenté de saucisses grillées et de cacahouètes. Désormais votre réseau de relations est tout entier enfermé dans le joujou, nommé smartphone, que vous tenez à la main. La virtualisation de votre univers vous empêche d’aller sonner à la porte de ceux qui vous sont chers, tout occupé que vous êtes maintenant à augmenter le nombre de vos amis sur Facebook.

Le second danger qui guette le cybernaute consiste à rester dans l’entre-soi de son groupe électif. Les réseaux sociaux favorisent en effet l’endogamie virtuelle, les « mêmes » ne parlant plus qu’aux « mêmes ». Dans « la vraie vie », il y a toujours un gêneur, un empêcheur de ronronner en rond, qui dépare, différent de vous, mais capable, par sa seule présence, de vous pousser à vous remettre en question. Rien de tel avec Internet. Là, « entre vous », dans cette pseudo-communion des saints numérique qui « partagent » tout entre eux, vous voilà protégé des importuns ! Mais c’est au détriment de votre liberté, liberté qui ne s’exerce jamais mieux qu’au contact de ceux qui pensent différemment de vous, au contact de l’imprévisible et surprenante réalité. 

Troisième danger : la croyance que les problèmes du monde sont résolubles à la même vitesse que celle des communications instantanées que vous entretenez avec vos compatriotes numériques. Sur le Net, un simple clic, un jugement, noir ou blanc, et la solution jaillit aussitôt ! Cependant, la temporalité du monde réel s’avère plus lente. Heureusement, sinon on ne compterait plus le nombre de personnes à ramasser dans la voiture-balai !

Enfin le quatrième écueil à éviter sur la planète numérique, est la confusion des vies privée et publique. Les parents doivent veiller à faire prendre conscience à leurs ados des risques qu’ils courent à trop s’exposer sur la Toile. 

Jean-Michel Castaing