Jeudi 5 mai, fête de l'Ascension

"Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu" (Jn 20,17)

Le jour de l’Ascension, c’est le quarantième jour après le dimanche de Pâques, jour de la Résurrection, et le dixième jour avant la Pentecôte. Ce jour-là, l’Église célèbre l’élévation du Christ : Jésus entre dans le ciel avec son corps.

 

Voici ce qu’écrivait saint Augustin dans son homélie pour l’Ascension du Seigneur :

"Aujourd’hui notre Seigneur Jésus Christ monte au ciel ; que notre coeur y monte avec lui. Écoutons ce que nous dit l’Apôtre : Vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Le but de votre vie est en haut, et non pas sur la terre. De même que lui est monté, mais sans s’éloigner de nous, de même sommes-nous déjà là-haut avec lui, et pourtant ce qu’il nous a promis ne s’est pas encore réalisé dans notre corps.

Lui a déjà été élevé au-dessus des cieux ; cependant il souffre sur la terre toutes les peines que nous ressentons, nous ses membres. Il a rendu témoignage à cette vérité lorsqu’il a crié du haut du ciel : Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? Et il avait dit aussi : J’avais faim, et vous m’avez donné à manger.

Pourquoi ne travaillons-nous pas, nous aussi, sur la terre, de telle sorte que par la foi, l’espérance, la charité, grâces auxquelles nous nous relions à lui, nous reposerions déjà maintenant avec lui, dans le ciel ? Lui, alors qu’il est là-bas, est aussi avec nous ; et nous, alors que nous sommes ici, sommes aussi avec lui. Lui fait cela par sa divinité, sa puissance, son amour ; et nous, si nous ne pouvons pas le faire comme lui par la divinité, nous le pouvons cependant par l’amour, mais en lui.

Lui ne s’est pas éloigné du ciel lorsqu’il en est descendu pour venir vers nous ; et il ne s’est pas éloigné de nous lorsqu’il est monté pour revenir au ciel. Il était là-haut, tout en étant ici-bas ; lui-même en témoigne : Nul n’est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme, qui est au ciel. (...)

Il est descendu du ciel par miséricorde, et lui seul y est monté, mais par la grâce nous aussi sommes montés en sa personne. De ce fait, le Christ seul est descendu, et le Christ seul est monté ; non que la dignité de la tête se répande indifféremment dans le corps, mais l’unité du corps ne lui permet pas de se séparer de la tête."

Saint Augustin


Ô Dieu, qui élèves le Christ au-dessus de tout,
ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce,
car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire :
nous sommes les membres de son corps,
Il nous a précédés dans la gloire auprès de Toi
et c’est là que nous vivons en espérance.
Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne
avec Toi et le Saint Esprit dans les siècles des siècles. Amen
(Prière d’ouverture pour la messe de l’Ascension)

 

Pour aller plus loin sur l’Ascension
Actualité publiée le 4 mai 2016