Journée mondiale contre la peine de mort

Le 10 octobre 2019, la Coalition mondiale contre la peine de mort souhaite attirer l’attention sur les atteintes aux droits des enfants dont les parents ont été condamnés à mort ou exécutés.
Souvent oubliés, les enfants de parents condamnés à mort ou exécutés portent un lourd fardeau émotionnel et psychologique qui peut fortement porter atteinte à leurs droits.

Un tel traumatisme peut survenir à toutes les étapes de la condamnation à mort d’un parent : arrestation, jugement, condamnation, couloir de la mort, date d’exécution, exécution et ses conséquences. À chacune de ces étapes, l’enfant est pris dans des cycles permanents d’espoir et de désespoir qui peuvent avoir un impact à très long-terme, même à l’âge adulte. La stigmatisation par le groupe ou la société à laquelle il ou elle appartient et la perte d’un parent des mains de l’État rendent sa vie quotidienne particulièrement instable.
12 raisons d’abolir la peine de mort
La peine de mort en pratique en 2018

• 106 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes
• 8 pays ont aboli la peine de mort pour les crimes ordinaires
• 28 pays sont abolitionnistes en pratique
• 56 pays sont rétentionnistes
• 20 pays ont procédé à des exécutions

Les 10 pays qui ont le plus exécuté au monde en 2018 sont : la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Viêtnam ,l’Irak, l’>Egypte, les Etats-Unis, le Japon, le Pakistan et Singapour

12 raisons d’abolir la peine de mort.

Témoignage des correspondants ACAT avec des détenus dans les couloirs de la mort aux États-Unis !

 


Evénement de l'agenda

Jeudi 10 Octobre de 00h00 à 23h50

Contact : ACAT-France