Toussaint

La Solennité de tous les saints

"La Solennité de tous les saints"

Elle semble liée, historiquement, à la dédicace de l’ancien temple romain du Panthéon par le pape Boniface IV au début du VIIe siècle. Originellement dédié à tous les dieux – c’est le sens de son nom en grec – le Panthéon fut consacré à Marie et à tous les
martyrs, auxquels on ajouta plus tard les confesseurs. L’anniversaire de la dédicace du Panthéon, et donc la fête de tous les saints, fut fixée
d’abord au 13 mai, puis, en 835, au 1er novembre.


La fête de la Toussaint

Elle unit l’Eglise de la terre à la béatitude de l’Eglise du ciel : cette célébration groupe non seulement tous les saints canonisés, c’est-à-dire ceux dont l’Eglise assure, en engageant son autorité, qu’ils sont dans la Gloire de Dieu, mais aussi tous ceux qui, en fait et les plus nombreux, sont dans la béatitude divine. Comme la fête de la dédicace, la Toussaint donne un avant-goût de la liturgie éternelle, celle que la liturgie de la terre inaugure (cf Vatican II, Constitution sur la sainte liturgie, n°8). » - Dom Robert Le Gall, Dictionnaire de Liturgie, CLD p.245.


Pensons à faire célébrer des messes pour nos défunts, mais aussi pour des vivants que nous connaissons afin que, par les mérites du Sacrifice de Jésus, rendu présent de manière non sanglante et offert au Père Eternel, ils obtiennent les grâces nécessaires à leur salut.
Nous pouvons aussi faire célébrer des messes en action de grâces ou pour des intentions particulière. L’Eucharistie est un sacrement d’Action de grâces. (voir l’honoraire des messes). 

 


Actualité publiée le 15 octobre 2018