Les rogations... une pratique désuète ?

Les Rogations, qu’est-ce que c’est ? Une pratique ancestrale remise au goût du jour dans certaines paroisses rurales et traditionnelles ? Une période bien précise du calendrier liturgique ? L’occasion de faire une fête dans les champs après la messe... ?

 

Une définition liturgique

Pour savoir ce que recouvre ce mot, nous vous invitons à vous référer à l’ouvrage-référence en la matière, le Dictionnaire de Liturgie (aux Éditions CLD) signé par... notre évêque, Dom Robert Le Gall :

« Rogations

Du mot latin rogatio  : « action de demander », « supplication », « prière ». L’origine des Rogations remonte au Ve siècle : en un temps tragique, saint Mamert, évêque de Vienne, institua un jeûne et des processions chantées pendant les trois journées qui précèdent l’Ascension.
Le péril passé, la coutume persista et se répandit dans d’autres diocèses ; on demandait principalement, en ces suppli­cations solennelles, la bénédiction divine sur les travaux des champs, en vue des récoltes à venir.

La messe et la procession des Rogations n’est plus liée nécessaire­ment aux lundi, mardi et mercredi qui précèdent l’Ascension. Il revient aux Conférences épiscopales de fixer éventuellement le jour ou les jours des Rogations ; elles laissent ordinairement aux communautés paroissiales et religieuses la liberté de choisir les jours conve­nables. Le chant des litanies constitue la part principale des prières chantées lors de la procession des Rogations. »

Ainsi, si dans le calendrier liturgique tridentin les jours des Rogations correspondaient aux 37è, 38è et 39è jours après Pâques soit les trois jours précédant immédiatement le jeudi de l’Ascension, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Chaque diocèse, chaque paroisse est maintenant libre de les célébrer quand bon lui souhaite.

 

Et qu’est-ce qu’on y célèbre ?

Jusqu’au début du XXème siècle, des processions étaient organisées dans les chemins de campagne, à travers champs, comme en attestent de nombreux tableaux de peintres naturalistes. Les fidèles observaient traditionnellement pendant les Rogations un jeûne afin de se préparer à la célébration de l’Ascension et les prêtres bénissaient les cultures. Les croix de station au bord des chemins des campagnes, que l’on trouve en grand nombre dans notre diocèse de Toulouse, en sont le souvenir.

 

Pour aller beaucoup plus loin...
Actualité publiée le 15 mai 2017

 

 

 

Bénédiction des blés en Artois, peinte par Jules Breton en 1857, Musée des Beaux-Arts, Arras.