Monsieur L'Abbé Michel DAGRAS

 

A n’en pas douter, les nombreux témoignages qui nous parviennent depuis l’annonce du décès du Père Michel Dagras montrent qu’il a été le serviteur de ses frères bien au-delà de l’Eglise. 


Ordonné prêtre à la veille du Concile Vatican II, le 29 juin 1961, il a servi son Eglise à Toulouse et en de nombreux diocèses pour qu’Elle soit un signe authentique de l’Evangile.

Ses grandes qualités intellectuelles, pédagogiques, humaines et spirituelles conduiront son évêque, au début des année 70, à faire de lui un des plus jeunes supérieurs du Grand Séminaire de Toulouse. L’enseignement, qu’il avait à cœur de proposer à tout le peuple de Dieu, était une parole délivrée avec simplicité, clarté et humour en tout temps. L’Enseignement de la théologie sera un des ministères qu’il accomplira jusqu’au bout de sa vie.

Michel Dagras s’est investi tout particulièrement dans la formation des fidèles laïcs. Ses domaines de prédilection ont été l’Eucharistie – sa thèse en doctorat portait sur l’Eucharistie et l’Evangélisation-, l’Eglise et les ministères et enfin la pensée sociale de l’Eglise.

Pendant plusieurs années, Michel avait choisi devenir « prêtre au travail », tout en préparant sa thèse de doctorat et en assurant un enseignement à la Faculté de Théologie de Toulouse. Après sa retraite professionnelle, il a vécu un ministère pastoral dans le diocèse de Guadeloupe pendant plusieurs années. De retour à Toulouse, il assurera la fonction de vice-recteur auprès de Monseigneur Pierre Debergé et se mettra au service des paroissiens Notre-Dame de la Daurade et de Saint-Jérôme.

Engagé dans le mouvement Pax Christi, auprès des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, invité bien au-delà de l’Eglise, en Algérie, au Maroc, pour aider des hommes et des femmes à réfléchir sur le sens de leur travail, assurant sa maraude chaque matin pour un offrir un café fraternel à quelques SDF de Toulouse, Michel a servi jusqu’à bout ses frères, à l’image du Christ serviteur lavant les pieds des de ses disciples.

 Qu’il entre dans la joie de son Maître (Matthieu 25,23).

 

Abbé Hervé Gaignard

Vicaire Général du Diocèse de Toulouse

 


Actualité publiée le 30 juillet 2018