En route pour la Gloire

Le carême focalise l’attention des croyants sur la fête de Pâques qui le couronne. Mais pourquoi ne pas entrer de plain-pied dans le mystère pascal ? En fait, cette période de préparation à la célébration de la mort-résurrection de Jésus nous fait prendre la mesure de qu’il advient à Pâques : rien moins que la révélation de la Gloire de Dieu !
En effet, ce n’est pas seulement la fin tragique survenue à un juif du premier siècle, suivie d’un happy end que nous commémorons durant le Triduum pascal, mais le dévoilement de la Gloire de Dieu, qui est le rayonnement de la densité de son Être. Or, cette densité porte un nom : l’Amour.

Ainsi, si nous sommes appelés à nous préparer quarante jours, c’est afin d’honorer comme il convient le rendez-vous d’amour absolu que Dieu, en son Fils, nous fixe sur le Golgotha et, trois jours plus tard, sur le chemin d’Emmaüs.

Élie marcha longuement lui aussi dans le désert avant que Dieu ne se révélât à lui sur la montagne « dans un voix de fin silence » (1 R 19,12). Mais durant la Semaine Sainte, il n’est plus question de se voiler le visage comme le fit alors le prophète, mais de contempler, à visage découvert, le mystère dans sa clarté aveuglante. À Pâques, la Gloire éclate en Jésus condamné. Gloire de l’Amour qui se donne. Dieu s’anéantit en notre faveur jusqu’à la mort ! Qui aura assez de mots pour raconter l’inouï ?
Tout rendez-vous d’amour se prépare. A fortiori lorsqu’il s’agit d’un amour fou ! Mais que dire d’un amour fou dont Dieu est l’initiateur et le principal partenaire ?!

Dans l’évangile de Jean, toute la vie de Jésus est aimantée par ce que l’évangéliste appelle son « heure » - qui n’est autre que sa Pâque. Tâchons d’être à l’ « heure » que Dieu nous fixe ! Exacts au rendez-vous !

par Jean-Michel Castaing