Noël à Toulouse…

 

Toulouse, capitale de l’aérospatiale, siège du CNES et bien d’autres… Nouvellement arrivée à Toulouse, j’ai eu l’occasion d’aller visiter la Cité de l’Espace d’où je suis revenue émerveillée et éblouie ! J’y ai davantage pris conscience de l’immensité de notre univers, cet univers toujours en croissance que nous cherchons à découvrir et à conquérir.

C’est au cœur de cet univers que se situe « l’événement » de Noël… Le Dieu Créateur de cette immensité veut rejoindre sa créature et se fait homme, se fait tout petit enfant, impuissant, emmailloté, livré entre nos mains, à notre bon vouloir ! Le vertige qui peut nous saisir à la Cité de l’Espace n’est-il pas semblable au choc qui a saisi Frère Charles dans sa découverte de Jésus de Nazareth : « Une chose apparaît si merveilleuse qu’elle brille comme un signe éblouissant : c’est l’humilité infinie que contient un tel mystère (l’Incarnation)… Dieu, l’être infini, le Tout-Puissant se faisant homme, le dernier des hommes… » Il est tellement « descendu  » pour nous rejoindre que personne n’a jamais pu lui ravir la dernière place. Tout au long de sa vie, fr. Charles a cherché à suivre son Maître sur ce chemin de descente pour rejoindre les plus petits.

Petite sœur Magdeleine, notre fondatrice, fera une expérience semblable, marquée davantage encore par la rencontre du tout petit de Bethléem : « Par un excès d’amour, le Christ, Fils de Dieu, a voulu passer par l’état d’impuissance du tout petit enfant, le seul état qui mette un être entre les mains des autres, dans un total abandon »…
Frère Charles contemple : « En se faisant si petit enfant, enfant si doux, il nous crie "confiance, familiarité, n’ayez pas peur de moi. Venez à moi !... Ne craignez pas, ne soyez pas si timides"… Il est votre Dieu, mais il est plein de douceur et de sourires… »

La candeur et la tendresse s’alliaient chez frère Charles à une force et un courage intrépides. Pour Petite sœur Magdeleine : « La loi des contrastes joue là plus que partout ailleurs. Il faut être grand et viril pour être totalement enfant comme il faut être fort pour pouvoir être infiniment doux, et être sage pour se permettre d’être fou… de cette folie aux yeux des hommes qui est bien plutôt sagesse divine ! »

Alors que nous cherchons à aller toujours de l’avant dans la conquête de l’espace et de l’infiniment petit, Dieu se met à notre recherche, à la recherche des pauvres, des petits ! Ne manquons pas la direction pour le trouver. Écoutons Origène : « Celui qui désire, comme Syméon, être délivré, qu’il prenne Jésus dans ses bras ».

Petite sœur Chantal-Françoise de Jésus