Octobre missionnaire

Semaine missionnaire mondiale, du 15 au 22 octobre 2017

Octobre missionnaire

« Le monde a essentiellement besoin de l’Évangile.  »
pape François

Chaque année en octobre, les Œuvres Pontificales Missionnaires (ŒPM) qui sont présentes dans 140 pays, encouragent les communautés paroissiales et religieuses ainsi que tous les baptisés à vivre un temps donné pour la mission universelle.

En France, cela se traduit par la Semaine missionnaire mondiale qui s’ouvre cette année le dimanche 15 octobre, en la fête de Sainte Thérèse d’Avila et dont le point culminant sera le dimanche 22 octobre, déclaré Journée Missionnaire Mondiale, soit le jour de la Saint Jean-Paul II.

Chaque année un nouveau thème est proposé. Celui qui a été retenu pour 2017 est : "Ensemble, osons la mission !"

 

Concrètement, de quoi s’agit-il ?

La semaine missionnaire mondiale répond à trois objectifs :

  • S’informer sur la vie des chrétiens à travers le monde

Il s’agit pendant ce temps donné de rendre les catholiques attentifs à la Mission Universelle de l’Église et à leur propre engagement au service de la Mission. Concrètement, cela se traduit par une semaine d’animation à vivre dans les paroisses, à leur initiative. Pour les y aider, différents supports leur sont proposés : des affiches et des affichettes, des livrets d’animation, des images-prière, des kakémono...

  • Prier pour la mission

Le mois d’octobre c’est aussi un mois de prière continue pour la mission.
Depuis quelques années, les diocèses, par l’intermédiaire du service diocésain de la Mission universelle, s’organisent pour le vivre. Jour après jour, du 1er au 31 octobre, ils se relaient et animent une journée de prière aux dimensions du monde. L’invitation est faite aux paroisses, communautés religieuses, groupes de prière, aumôneries, maisons de retraites, groupes de catéchisme, etc… Dans le livret d’animation de cette année, un schéma pour animer un temps de prière est proposé. C’est le mercredi 11 octobre qui a été choisi pour le diocèse de Toulouse.
Ne nous dérobons pas à ce geste de communion ecclésiale ! Nos animations missionnaires peuvent toucher du monde. Ne fermons pas notre cœur mais élargissons-le aux horizons de l’Église universelle et même de toute l’humanité.

Une invitation à prier bien sûr mais aussi à rencontrer, à découvrir. Le pape François nous invite à « sortir », à être une « Église en sortie », ici et là-bas, comme « disciples-missionnaires ». Une invitation à mettre nos talents, notre créativité, notre sagesse et notre expérience au service des autres et de l’annonce de l’Évangile. Or pour ce faire, pour annoncer l’Évangile, il faut oser entrer en dialogue avec l’autre, les autres. Il faut oser leur parler de Jésus et de son Église malgré les multiples raisons qui nous retiennent : la timidité, la peur de déranger, la peur d’entendre des critiques, etc…
Oser inventer de nouvelles « stratégies missionnaires » pour dire à nos contemporains la joie d’être disciple de Jésus-Christ et avoir des frères et sœurs en Jésus-Christ, ici et dans le monde.

  • Participer financièrement au fonds missionnaire mondial pour soutenir l’Évangélisation dans le monde

Au cours de la liturgie du dimanche de la mission, tous les catholiques du monde seront invités à participer à la quête missionnaire mondiale qui permet de soutenir la vie des prêtres et des diocèses qui ne peuvent subvenir eux-mêmes à leurs besoins.

Notons qu’il existe à la vente des produits de l’Enfance Missionnaire, comme le recueil « Prier avec les enfants du monde », le DVD "Voyage avec les enfants du monde" ou le jeu "Tous missionnaires" et le calendrier... Nouveauté cette année : des bracelets imprimés "Les enfants aident les enfants". Une autre façon de soutenir financièrement la mission !
 

Pour toute question et information :
Service diocésain Mission universelle Toulouse : http://toulouse.catholique.fr/Ensemble-osons-la-mission et http://www.opm-france.org

 


Actualité publiée le 6 octobre 2017

 

 

« L’Église est missionnaire par nature. Si ce n’était pas le cas, elle ne serait plus l’Église du Christ, mais une association parmi tant d’autres qui, bien vite, finirait par épuiser son but et disparaître ». Pape François