Pèlerinage de l'hospitalité diocésaine à Lourdes

L’Hospitalité diocésaine de Toulouse est un groupement de bénévoles chrétiens engagés dans l’accueil et l’accompagnement de pèlerins âgés ou souffrant de handicap à Lourdes. Ces personnes, appelées "hospitaliers" se veulent accueillantes, tout simplement, afin de permettre aux pèlerins du sanctuaire de vivre dans les meilleures conditions leur pèlerinage à la rencontre de Marie, dans les pas de Bernadette. Chaque année, tous reviennent heureux et enrichis de ces contacts : « On a beaucoup à apprendre de chaque personne que l’on rencontre », rapporte une hospitalière. Alors pourquoi pas vous ?

 

Voici le témoignage de Grégoire, jeune hospitalier pour la première fois

« Suite à la proposition d’une amie, j’ai fait le pèlerinage diocésain en tant qu’hospitalier en avril puis en août. Dans mon travail, je passe la plus grande partie de mon temps derrière un écran d’ordinateur et j’ai peu d’échanges avec d’autres. Être hospitalier à Lourdes m’a permis, pendant l’espace de quelques jours, de côtoyer et de servir des personnes remarquables. J’ai été particulièrement touché de voir l’affection et la complicité qui se développent entre pèlerins et hospitaliers au fil des conversations, et combien un regard bienveillant ou une écoute attentionnée peut réellement soulager et réconforter les personnes en souffrance. J’ai également été touché de voir des personnes d’âges, d’horizon mais également de convictions religieuses différentes œuvrer main dans la main pour les pèlerins. C’est peut-être ça aussi le miracle de Lourdes.

D’un point de vue plus personnel, cette expérience m’a également aidé à avoir moins peur de la maladie. Avant d’aller à Lourdes je craignais en effet de ne pas savoir faire ou de ne pas être capable d’apporter ce dont le malade a besoin. Après cette expérience, j’ai compris qu’un simple sourire ou un échange banal peut offrir beaucoup au pèlerin, comme à l’hospitalier. Si l’on m’en donne à nouveau l’occasion, je repartirai à Lourdes avec les hospitaliers. Sans hésiter. »

Grégoire, 26 ans, ingénieur informatique et doctorant en robotique d’assistance.