Prier…

par le père Robert Divoux, prêtre-ouvrier

Prier…

Quand on est dans une situation difficile on entend souvent dire : « Il faut beaucoup prier ». Mais ce n’est pas ce que nous demande l’Évangile !
Il nous dit qu’il faut « prier sans cesse ! » (cf. Luc 18,1 / 21,36 / 1Th 5,17). Ce n’est pas la même chose ! "Sans cesse", c’est à la fois bien plus et autre chose que "beaucoup" !

Et si l’on confond les deux, on peut se demander : est-ce possible ?
Quand on est ainsi perdu dans l’interprétation d’un texte, il est toujours bon de regarder comment Jésus a vécu ce qu’il nous dit.
Résumons : Jésus a d’abord vécu environ 35-36 ans en "vie cachée" : enfant, puis travailleur (une sorte de menuisier-charpentier, comme son père Joseph). Or, à l’époque, 35 années est l’ordre de grandeur de l’espérance de vie dans cette partie du globe (comme d’ailleurs en Angola, ou en Zambie de nos jours !)1

C’est donc "âgé" que Jésus a quitté les siens pour parcourir les routes afin d’annoncer la venue du Royaume de son Père. Et pourtant il en a eu alors des activités ! Vie commune avec ses disciples, ou en famille ; de nombreuses interventions au milieu des foules, et parfois à la synagogue ; des rencontres en marchant sur les chemins avec une personne, ou un groupe qui l’entourait ; des partages au cours de repas de fêtes, ou de repas avec les pécheurs… Sans compter des moments de jeûne, de solitude dans la nature ; des "coups de barre" en navigant, et aussi des colères (dans le Temple de Jérusalem ; avec Pierre…). Or on peut aussi être sûr d’une chose, c’est qu’il mettait sa parole en pratique : toute sa Vie, cachée ou publique, était prière.

Jésus a bien dit « prier », et non « réciter ». Il n’exige pas d’utiliser la répétition, avec toujours les mêmes gestes, les mêmes formules : prier est un acte libre. À deux exceptions près cependant, les deux sommets de la prière : l’eucharistie et le "Notre Père". Mais pour cela il lui suffit de quelques mots pour tout dire. La répétition est une "technique" pour prier, parmi d’autres.

«  Il faut prier sans cesse ». Ce n’est donc pas l’ordre arbitraire d’un chef s’adressant à ses subordonnés ; ni non plus la revendication démesurée d’un commerçant qui exige beaucoup pour fournir ce qu’on lui demande… C’est l’invitation d’un frère, du grand frère, qui chemine vers le Père et nous tend la main pour marcher avec lui dans le concret de notre vie. Faire de notre journée une ouverture aux autres ; y chercher, comme on peut, l’Esprit de Dieu ; orienter, vers le cap entrevu, notre propre esprit et notre cœur, notre corps aussi : n’est-ce pas cela "prier sans cesse", "toujours prier" ?

Jésus a pris ce chemin, il a pleinement vécu en ce monde en assumant tout, sauf le mal ; aussi, nous-mêmes, n’ayons pas peur de VIVRE pleinement, comme lui !

Robert Divoux, prêtre-ouvrier

 

 

(1) cf. « La durée de la vie dans l’Empire romain » : M. T. Boccassini, Confronto délia durata media di vita... Revue d’Histoire de la Pharmacie - Année 1957 - p. 144-145 :
Grâce aux 5 000 inscriptions funéraires retrouvées, il a été possible d’établir une statistique de la durée moyenne de la vie aux Ier et au IIè siècle de l’ère chrétienne dans les régions les plus civilisées de l’Empire romain. Mis à part les enfants de moins de 5 ans, dont le décès s’établit en moyenne à "2,88 ans", les moyennes pour les adultes sont les suivantes :
Pour l’Italie : zone côtière : hommes 34,32 - femmes 29,63.
 zone de l’intérieur : hommes 31,84 - femmes 26,74.
 ensemble : 31,63.

 


Actualité publiée le 14 décembre 2019