Prier et échanger... plutôt que dîner !

Carême 2016

Prier et échanger... plutôt que dîner !

À l’occasion du Carême, le mouvement "Jeûne pour le climat" invite ceux qui le souhaitent à les rejoindre chaque vendredi de carême à l’heure du dîner. Objectif de ces rencontres : partager un temps de convivialité, de réflexion écologique et de prière œcuménique pour la sauvegarde de la "maison commune".

- Jeûner a-t-il encore un sens aujourd’hui ?
Le jeûne a longtemps tenu dans la tradition chrétienne, à côté de la prière et du partage, une place importante que l’on oublie parfois aujourd’hui. Mais notre époque, si marquée par le matérialisme, peut être le moment opportun de redécouvrir les vertus d’un exercice qui implique conjointement corps et âme. Poser des gestes exprimant notre désir de sortir des logiques consuméristes peut avoir un sens tout particulier dans notre société de consommation. Faire volontairement l’expérience du manque, de la dépendance à Dieu et aux autres peut être une occasion de marquer notre solidarité avec les plus démunis, matériellement, affectivement, spirituellement.

- Mais un « jeûne pour le climat », c’est bien curieux quand même…
« Jeûne pour le climat » est la traduction de l’expression anglaise « Fast for the climate » qui signifie aussi « Vite, pour le climat » et désigne un mouvement interreligieux international né lors de la conférence COP19, deux ans avant la conférence de Paris sur le climat (COP21) de décembre dernier. Les ravages et les morts causés aux Philippines par le typhon Haiyan alors même que se tenait cette COP19 décidèrent le chef négociateur de ce pays à jeûner durant les 13 jours de la conférence. Il voulait ainsi marquer fortement les esprits et exprimer sa solidarité avec son peuple. C’est dans son sillage qu’est née cette chaine mondiale de jeûneurs visant à sensibiliser le plus grand nombre sur l’urgence climatique.

- En quoi cette démarche a-t-elle une dimension œcuménique ? 
L’initiative a été portée en France dès sa naissance par Martin Kopp, membre de la fédération luthérienne mondiale. Elle a été immédiatement soutenue par les instances représentatives des différentes églises, la Conférence des Évêques de France pour les catholiques. Elle répond à l’appel lancé par le pape François dans son encyclique Laudato Si sur « la sauvegarde de la maison commune » à se mettre sur le chemin de la « conversion écologique ». Cet appel est lancé conjointement avec d’autres chefs religieux, tout particulièrement avec le patriarche orthodoxe Bartholomée, auquel le pape rend un hommage appuyé dans son encyclique. 

- Et concrètement, comment cela se vit-il à Toulouse ?
Les volontaires pour participer à l’opération "Jeûne pour le climat œcuménique" se retrouvent les soirs des vendredis de carême à l’heure du diner. Les lieux de rencontre changent régulièrement de façon à toucher différentes communautés chrétiennes. Ces lieux sont indiqués au fur et à mesure sur le blog des jeûneurs. Au menu des rencontres : beaucoup de convivialité, des discussions, une prière fervente avec toute la Création…

Lors du premier vendredi du carême, ils sont venus d’horizons variés : certains, jeûneurs familiers de l’écologie chrétienne, ont côtoyé des curieux et des paroissiens du Sacré-Cœur de la Patte d’Oie qui accueillaient ce soir-là. Tous ont pris le temps de faire connaissance et d’échanger sur leurs idées, leurs pratiques… Avec l’aide du frère François-Régis, franciscain, ils ont redécouvert le sentiment d’émerveillement face à la Création et ont pris le temps de méditer les psaumes afin de rendre grâce à Dieu pour le don de sa Création. Également pour l’implorer de réaliser en eux la « conversion écologique » dont le monde a besoin.

L’opération "Jeûne pour le climat œcuménique"
se poursuit tous les vendredis de carême, de 19h à 21h (consulter l’agenda diocésain).
Pour connaître le lieu du rassemblement : http://jeuneclimat.over-blog.com/
Pour tous renseignements : jeuneclimat chez gmail.com


 

 


Actualité publiée le 16 février 2016