Reliques de sainte Germaine de Pibrac

Les reliques de Sainte Germaine (1579-1601)

La châsse contenant les reliques de Sainte Germaine de Pibrac (1579-1601)
 
1601 - décès de Germaine Cousin, jeune fille âgée de 21 ans
1644 - découverte de son corps, intact sous les dalles de l’église de Pibrac
1661 - visite de M. Dufour, vicaire général : le corps est toujours intact
1680 - enquête du délégué du grand Prieur des Chevaliers de St Jean de Malte en présence du vicaire Andrieu
1700 - enquête de M. Jacques Lespinasse, avocat au Parlement de Toulouse et du RP. Morel, de l’Oratoire, vicaire général et curé de la Dalbade
1704 - reconstruction de l’église de Pibrac
1705 - édification d’un petit mausolée de briques, fermé par une grille en fer
1737 - 1757 - 1759 - 1769 - 1782  : nombreuses visites et constatations écrites
1793 - le corps est jeté dans une fosse creusée à même la terre et recouvert de chaux vive, oeuvre funeste d’un certain révolutionnaire dénommé Toulza
1795 - exhumation du corps par le curé Montastruc et le maire Fr. Cabriforce ; les ossements sont placés dans un cercueil reposant dans la sacristie
1830 - transfert dans la nouvelle sacristie que nous connaissons aujourd’hui
1831 - du à l’humidité des lieux, les reliques sont placées dans une encoche pratiquée dans le mur de la chapelle dédiée à St François de Salles
1843 - construction de l’actuelle chapelle des cierges
1844 - le corps, enveloppé d’un suaire, est déposé dans une double bière
1854 - béatification de Germaine Cousin, l’Abbé Lamarque offre une châsse en cuivre doré, oeuvre de Mr Favier, orfèvre à Lyon, on coule les ossements dans une forme humaine de cire, l’habillant de riches vêtements
1867 - la canonisation de Sainte Germaine donne lieu à de grandes fêtes, un triduum est organisé tant à Toulouse qu’à Pibrac quelques jours plus tard la chapelle prend le nom de chapelle Sainte Germaine
1939 - reconnaissance des reliques en présence du Cardinal Saliège
- les ossements sont dégagés de la cire et renfermés dans un coffret posé à la base de la châsse qui lui sert de lit
- l’intérieur de la châsse est rafraîchi, le mannequin présente un nouveau visage et est parée de beaux vêtements cousus de fil d’or
1967 - ouverture de la châsse en présence de Mgr Gaston, vicaire général et prélèvement d’une phalangette de pied destinée à la consécration de la basilique
2001 - reconnaissance du contenu du coffret renfermant les reliques de la Sainte en présence de Mgr Marcus, archevêque de Toulouse et de deux médecins.
2008 - découverte du linceul ayant recueilli les ossements lors de l’exhumation du corps en 1795.
 
La châsse et les reliques font l’objet de la vénération de nombreux fidèles ; chaque année, elle est portée en procession de l’église à la Basilique qui lui est dédiée, lors des fêtes solennelles du 15 juin.

(dernière mise à jour 16 mars 2012)