Baziege, centre du cardinal Saliège

Retour sur l’inauguration

C’est par une chaleur très estivale, que l’archévêque de Toulouse Monseigneur Robert Le Gall s’est rendu sur la commune de Baziège invité par notre curé de Père Régis L’Huillier.

Profitant de sa venue en Lauragais, le prélat toulousain a inauguré la statue commémorative du cardinal Jules-Géraud Saliège dans la cour du centre paroissial renauvé. Elle est la copie du buste exposé au pied de la cathédrale St-Etienne de Toulouse citant sa fameuse lettre.

Le 23 août 1942, Jules-Géraud Saliège ordonne la lecture, dans toutes les paroisses de son diocèse, d’une lettre pastorale intitulée Et clamor Jerusalem ascendit en plein conflit de la guerre de 1939-1945.


« LETTRE DE S.E. MONSEIGNEUR L’ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE SUR LA PERSONNE HUMAINE

Mes très chers Frères,
Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer.

Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle.

Pourquoi le droit d’asile dans nos églises n’existe-t-il plus ?
Pourquoi sommes-nous des vaincus ?
Seigneur ayez pitié de nous.
Notre-Dame, priez pour la France.


Dans notre diocèse, des scènes d’épouvantes1 ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier.

France, patrie bien-aimée France qui porte dans la conscience de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine, France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces horreurs2.

Recevez, mes chers Frères, l’assurance de mon respectueux dévouement.

Jules-Géraud SALIÈGE
Archevêque de Toulouse
À lire dimanche prochain [23 août 1942], sans commentaire. »

 

Mgr Le Gall a en outre autorisé la paroisse à dédier la salle principale du centre paroissial au regretté Maurice GONTARD, acteur dévouvé de la paroisse de Baziège et de ce qui deviendra le centre du cardinal Saliège. Une délégation familliale, dont sa veuve, était présente pour découvrir le portrait accroché dans la salle.

Toutes les salles ont ainsi été bénies en n’oubliant pas l’oratoire revenu à sa place initiale.

 

Les acteurs de la paroisse se sont retouvés autour d’une collation offerte par l’association [Arts & Loisirs->http://toulouse.catholique.fr/Association-Arts-et-loisirs-4199] de Baziège qui a profondemement oeuvrée à la restauration du centre Saliège sous l’impulsion de son président M. Dominique LARRIE.

M. le président n’a pas manqué de nous rappeler les origines du bâtiment inauguré qui fût lieu des [frères des écoles chrétiennes->https://lasallefrance.fr/freres-des-ecoles-chretiennes/] pour devenir le cinéma que de nombreux paroissiens ont connu avec son plancher en pente. Il a rappelé également les chantiers entrepris par l’association dont le clocher de l’église et la croix de la Passion rue Porte d’Engraille.

 

 

1 - l’expression a été remplacée par « émouvantes » après que Mgr Saliège a reçu des pressions,

2 - pour la même raison, ce mot a été remplacé par "erreurs"

 


Actualité publiée le 23 juillet 2019