Avril 2017

Ste Germaine nous guide.

Edito :

Germaine, bien qu’elle n’eût pas beaucoup de nourriture, elle la partageait avec les pauvres. Sa marâtre l’accusait de voler le pain de la maison. Un jour de plein hiver, la marâtre crut s’apercevoir que Germaine avait emporté du pain dans son tablier. Elle courut après elle, en furie, avec un bâton.Des voisins la virent et devinèrent ses intentions. Ils s’empressèrent de la rattraper avant qu’elle puisse frapper Germaine. Ils la rejoignirent et il fallut qu’elle ouvre son tablier. Mais à la place de pain apparut un joli bouquet de roses.
Cette situation est encore d’actualité. Combien de personnes humiliées, bafouées, oubliées sont solidaires entre elles et partagent non pas de leur superflu mais de leur nécessaire ? (Mc 12, 44) Combien d’autres sont sans cesse accusées, regardées de travers, suspectées à cause de leur origine, de leur lieu de vie, de leurs conditions de vie ?
Encore une fois, ce sont les pauvres qui nous ouvrent le chemin vers la sainteté en nous montrant l’exemple ; il n’y a personne qui ne soit mon frère et que je ne doive aimer.
En juin, nous fêterons le150eme aniversaire de la canonisation de Sainte Germaine, le 17 juin, l’assemblée de la diaconie se vivra en commençant pas la messe diocésaine à 10h30. C’est l’occasion d’inviter tous ceux qui sont accusés de tous les maux et qui pourtant nous offrent, lorsque nous écoutons, des bouquets de roses.

 

 

Parole de pauvres

Va d’abord te réconcilier avec ton frère...

"C’est peut-être notre côté humain qui remâche son problème et n’en sort pas. Alors, on reste dans l’angoisse et l’inquiètude. Payer jusqu’au dernier sou, c’est une image : quand on a purgé sa peine, on est libéré, délivré, et on peut se convertir."

"On peut aller vers celui qui nous a offensés parce que Dieu nous donne cette force de pouvoir pardonner et que lui-même nous pardonne."

"Pour moi, faire la justice, c’est se surpasser pour aller vers les personnes en souffrance ou en difficulté."

"Il faut que tu sois bien dans ta peau, il faut que tes colères, tu puisses les canaliser, les surpasser et t’apaiser toi-même. Alors, le mal qu’on t’a fait, tu pourras le pardonner"

 
Partage autour de l’évangile de Matthieu 5, 21-26 par la Fraternité St Laurent de Toulouse, dans l’émission spéciale Carême de Radio Présence. Retrouvez prochainement ce groupe dans la rubrique "Connaissez-vous" du mini-site de la Diaconie !

 


Actualité publiée le 27 avril 2017