Témoigne de ta foi...

La marée Weinstein n’en finit pas d’envahir les écrans. Ces témoignages d’actrices que le producteur de cinéma a tenté de contraindre à des relations sexuelles, ces accusations de viol... comment ne pas éprouver effarement et dégoût ? Que de tels abus existent dans l’art, dans le sport, la politique, l’entreprise, les médias, les familles, le voisinage, rien de plus tristement banal. Rien de plus étouffant que le silence, le déni, voire la réprobation que subissent les victimes. On ne va tout de même pas démolir une réputation pour çà.

En France on a beaucoup dénoncé, jeté des noms en pâture. Or dans le lot, il y a forcément des innocents diffamés, injuriés. Mais l’expérience que nous avons de la pédophilie dans l’Eglise catholique montre qu’il arrive un moment où il faut que ça sorte...

Et après cette dénonciation ? Les rapports de domination sexuelle, sociale, économique, spirituelle ou intellectuelle ne disparaîtront jamais - pour le dire dans notre langage, la nature humaine est marquée par le péché originel. La culture pornographique précoce, n’en finit pas de démolir des enfants et des jeunes. Cela ne semble pas préoccuper les pouvoirs publics, trop inquiets de jouer les pères la pudeur.

N’ayons pas peur de regarder tout cela en citoyens-chrétiens responsables.

Merci à celles qui ont parlé pour celles qui ne pouvaient parler.


Le Conseil d’Etat a ordonné de retirer la croix qui surmonte le monument de Jean Paul II dans la commune de Ploërmel. Comme le remarque Jean Pierre Raffarin, vouloir séparer Jean Paul II de la croix n’a aucun sens. Par ailleurs, tout artiste dispose d’un droit moral sur son travail. Auteur de la sculpture le russe Tserelli n’acceptera probablement pas que celle-ci soit mutilée. Les tribunaux européens vont avoir du travail...

Les réseaux sociaux réagissent avec "montre ta croix" . Certains ont le sentiment que l’on étouffe ce qui reste de leur catholicisme avant de le renvoyer définitivement au musée. Ils n’ont pas complètement tort. Dans une république toujours plus déculturée, le christianisme devient l’impensé national. Pendant ce temps nos rues sont envahies de publicités racoleuses. On aimerait que la république devienne enfin laïque. Qu’elle cesse de fantasmer sur le catholicisme et qu’elle libère plutôt son espace public du consumérisme et du paganisme. Le christianisme était, et demeure, la religion la plus persécutée. La croisade de la Libre Pensée à Ploërmel, a le mérite de le rappeler.

Si l’on suit l’Evangile, la réponse juste relève de la charité active et de la confession de foi. A ceux qui nous disent "Montre ta croix", nous répondrons " Témoigne de ta foi ".

abbé Jean BARBAcuré-doyen

 


Actualité publiée le 13 novembre 2017