nova et vetera

Je suis rentré de vacances début août et pratiquement un mois après nous avions la rentrée pastorale de nos paroisses.

La rentrée ressemble à un passage entre « de l’ancien et du neuf » (Mt 13, 52), c’est-à-dire entre le passé et le futur. Je quitte le passé avec à la fois un sentiment de regret et de délivrance, mais je reçois la nouveauté avec angoisse. Je me demandais si nous aurions de nouvelles catéchistes, car souvent « les invités ne viennent pas » et il ne suffit pas d’aller aux croisées des chemins pour trouver des remplaçants comme dans la parabole du festin du roi (cf. Mt 22, 1-14). Mais la surprise fut bonne ! et nous avons pu commencer notre nouvelle année de KT.

Nous allons apprendre aux enfants le Notre Père en nouvelle version où nous dirons : « Mais ne nous laisse pas entrer en tentation ». Cependant, cette petite nouveauté, je ne l’appliquerai pas aux messes dans nos maisons de retraite pour éviter des effets secondaires indésirables, c’est-à-dire quelques gênes et perturbations. Cela nous rappelle au « vin nouveau, outres neuves » (Mt 9, 17).

En KT, catéchistes, parents et prêtres sont réunis au nom du Christ. La présence du Christ, comme il nous l’a promise, nous aidera à bien tirer du trésor de la vie « des choses nouvelles et des choses anciennes » (Mt 13, 52).

Enfin, le dimanche 17 septembre, nous avons célébré la messe de la rentrée à Pibrac. Par les prières universelles, on a fait prier pour le pape, les évêques, les prêtres, les chrétiens engagés, etc. Je me suis alors tourné vers mon voisin le diacre, lui chuchotant : « On a oublié les diacres » et il m’a répondu : « Toujours ». Puis, quelques minutes après, le curé qui présidait la Messe a entonné à la suite du Sanctus : « Toi qui es vraiment saint… ». Je me disais : « Décidément ! ». Oui, dans cette prière eucharistique n°2 qui commence ainsi, les diacres ne sont pas mentionnés explicitement comme dans la n°3. Pourtant dans les secteurs pastoraux, « la présence des diacres est de plus en plus appréciée » (Foi et Vie). Et nos paroisses ont la chance d’avoir un diacre de plus en la personne de Maurice Rochette dont nous ferons connaissance discrètement.

Diacres, catéchistes, prêtres, paroissiens, tous ces baptisés qui forment notre ensemble paroissial, se réunissent souvent en différents moments et lieux pour la cause de l’évangile. La diversité des vocations et des dons garantit la présence du Christ, là où deux ou trois se réunissent en son nom. Sa présence n’est jamais passive, il n’est pas là pour nous regarder indifféremment. Nous le savons et nous en sommes heureux.

Joseph Dao, prêtre

 


Actualité publiée le 2 octobre 2017