tous appelés à la Sainteté

Le 1er novembre nous allons célébrer La Toussaint. Ce sera un grand jour de fête : grande joie dans le ciel et grande joie sur la terre. Nous allons rendre grâces à Dieu pour cette « si grande nuée de témoins » (He 12, 1) dont la vie a marqué l’histoire de l’Eglise et qui maintenant, devant la face de Dieu, le louent et intercèdent pour nous qui cheminons sur cette terre. Il est bien regrettable que pour beaucoup de chrétiens catholiques la joie de ce jour soit éclipsée par la commémoration des fidèles défunts qui selon le calendrier liturgique doit être célébrée le lendemain. Il est naturellement tout à fait normal d’aller nous recueillir chaque année sur les tombes de nos proches et de souhaiter qu’elles reçoivent une bénédiction. Mais cela ne doit pas nous inciter à prendre pour le jour de La Toussaint un air triste, « de circonstance » !

Il faut, au contraire, nous réjouir de fêter tous les saints très connus, peu connus, ou inconnus et aussi entendre l’appel que Dieu nous adresse par leur exemple, comme par sa Parole. L’apôtre Pierre, reprenant le commandement du Lévitique (Lv 19, 2), nous dit, en effet, dans sa 1ère Lettre : « Vous serez saints, parce que moi, je suis Saint » et le Seigneur Jésus prescrit à ses disciples : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père est Parfait » (Mt 5, 48). Des injonctions de ce genre nous font peur. Nous nous disons : « Très peu pour moi ! Je me connais trop bien ; j’ai tant de défauts et de limites ! ».

Sans doute. Mais le Père des Cieux, le Seigneur Jésus-Christ et le Saint-Esprit nous connaissent mieux que nous-mêmes et ils ont une grande espérance à notre sujet, où que nous en soyons de notre itinéraire spirituel. Ils pensent, eux, que nous pouvons, chacun à notre modeste place, et en communauté, vivre les Béatitudes que nous entendrons à nouveau dans l’Evangile du jour. La Sainte Trinité ne doute pas que, avec l’aide de sa Grâce, nous puissions au moins nous mettre en route. Par la voix du Seigneur Jésus qui enseigne la foule sur la montagne, les Trois Personnes nous assurent que, si nous essayons de le faire, alors nous serons vraiment « bienheureux ».

N’hésitons donc plus à vivre, dès maintenant et tout au long de la nouvelle année liturgique, la « joie de l’Evangile » dont notre pape François nous parle avec tant de conviction.

Jean-Louis Brêteau

 


Actualité publiée le 30 octobre 2017