8e centenaire des Frères Prêcheurs à Toulouse

2 mars 2015 à 18h

8e centenaire des Frères Prêcheurs à Toulouse

 

La vie religieuse toulousaine est marquée par la présence des frères dominicains depuis 1205, il y a huit siècles.

Mars 1215, Dominique, quitte Fanjeaux pour Toulouse. Il a réuni autour de lui six ou sept compagnons pour l’assister dans sa tâche de prédication. L’évêque de Toulouse, Foulques, les prend sous sa protection. La petite communauté s’installe dans la maison d’un des frères Pierre Seilhan. Depuis 1206, Dominique sillonne une zone entre Carcassonne et Toulouse, Lavaur, Castres et Pamiers ; il prêche, tentant de d’affermir la foi des indécis, de ranimer celle des tièdes, de montrer l’erreur de celle des hérétiques et de les ramener à l’Eglise. Il a choisi le témoignage de la sainteté : vivre comme le Christ a vécu, prier beaucoup, dormir peu, marcher à pied, ne rien posséder, vivre dans une continence parfaite, n’avoir d’autre volonté que celle de servir Dieu.

Quitter Fanjeaux pour Toulouse, la cité hérétique, c’est comme quitter la Galilée pour monter à Jérusalem : se jeter dans la gueule du loup.
L’évêque Foulques donne à Dominique la petite église Saint Romain (rue Saint Rome) 16 frères font profession entre les mains de Dominique. Ils mènent une vie commune selon la règle de St Augustin, refusent tout titre de propriété, célèbrent l’office divin, étudient à l’école cathédrale, prêchent... En 1217, revenu de Rome, Dominique prend une décision stupéfiante : disperser sa communauté, envoyer ses frères deux par deux dans diverses villes d’Europe. La communauté des « frères prêcheurs » fondée à Toulouse prend alors son essor international et passe sous la protection du Saint Siège. Dominique ne reviendra plus à Toulouse.

Nous voulons célébrer le 2 mars 2015, dans la cathédrale de Toulouse, les origines toulousaines de ce grand ordre et rendre grâce à Dieu pour son apostolat dans le diocèse : la vie évangélique des frères, leur science théologique et leur action en faveur des pauvres à travers les Monts de Piété, par exemple, ont sûrement plus fait pour transformer Toulouse de ville hérétique en « Toulouse la sainte », comme on l’appelle sous l’Ancien Régime, que la répression de l’inquisition (1234). D’autres manifestations sont organisées par l’Ordre des Prêcheurs tout au long de l’année.

Abbé J-F Galinier-Pallerola

Lundi 2 mars, messe en l’honneur de l’installation de St Dominique à Toulouse et de son accueil par l’évêque Foulques, en la cathédrale St-Etienne.

18h, Conférence du P. J. Passerat, 18 h. 30 messe : présidée par Mgr Le Gall, prédication P. A. Quilici o.p.

Venez nombreux !

 


Actualité publiée le 26 février 2015