Chronique d’une étudiante tout à fait anonyme à Exode 31

Pèlerinage des Rameaux des étudiants toulousains

Chronique d’une étudiante tout à fait anonyme à Exode 31

« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu ». Samedi matin, 6h, le réveil sonne, il pleut, j’ai pas vraiment envie d’y aller. Pour les cœurs purs, on repassera. À coup sûr, l’Abbé d’Artigue va encore nous parler de l’importance de la confession, du pardon… J’y vais à reculons, cette béatitude n’est décidemment pas pour moi. Heureusement on retrouve les copains au rendez-vous, au moins ça sera un week-end sympa. Arrivés à Villasavary, nous marchons jusqu’à l’église où une messe donnera le top départ de ces deux jours. Excitée par la marche, je n’ai d’yeux que pour mon petit carnet de pèlerinage distribué par l’organisation : programme, chants, offices, prières, tout y est ! Après la répartition des frat de marche – constituées d’un aumônier et d’environ 6 étudiants – nous partons, entonnant une dizaine à Marie.

Pays Cathare. Le temps se lève, la météo sera de notre côté finalement. Souffle coupé par la beauté des esquisses printanières qui se dévoilent à nos yeux, corps et esprit trouvent matière à être rassasiés. Pique-nique, prière, temps de partage en frat se succèdent, me faisant apprécier la diversité de l’Église.

Nous arrivons à la Casseigne. Un enseignement de Sœur Marie Dorothée va clore l’après-midi. « Hauts les cœurs ». Elle nous dit que notre cœur est un trésor, que nos péchés sont autant d’attaques à ce trésor. Elle nous invite à relever le défi lancé par le Pape François quand il nous demande d’être des « révolutionnaires du cœur  ». L’assemblée est hypnotisée, happée par les paroles de la sœur. Ainsi nous pouvons être des cœurs purs, nous, étudiants de 2015. Il suffirait de suivre Jésus H24, ne pas être des petits cathos secs et ne pas ranger notre foi dans un tiroir quand cela nous arrange.

Maintenant qu’ils ont encore mis le doigt sur nos péchés, je suis sûre qu’ils vont en remettre une couche avec la confession, pensai-je. Et oui.

Après un dîner préparé par une aumônerie, la salle est installée pour la nuit. Direction l’église du village, spécialement décorée pour la veillée de louange et d’adoration par certains d’entre nous. Témoignages, chants, prière, tout s’enchaîne et nous conduit vers le climax de la soirée : l’Adoration. Une fois le Saint Sacrement installé, nous prions mais mon esprit s’en va ailleurs. Pour rester concentrée, je reprends mon carnet. Il y a un quiz, « Examen de conscience ». Ça a l’air sérieux. Béatitude après béatitude des questions ciblées sont posées, auxquelles mes réponses s’ajoutent, ouvrant petit à petit ce cœur fermé d’étudiante, jusqu’alors persuadé que le simple « Je confesse » récité machinalement à chaque messe suffisait. La Paroisse étudiante a encore pensé à tout : répartis autour de nous, des aumôniers attendent que nous fassions ce pas vers eux. Un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour le chrétien.

L’église est pleine, mais un silence reposant y règne. D’aucuns diront que leur voisin dormait, mais ce n’était qu’une oraison profonde. Les grâces commencent à pleuvoir. Alors que minuit sonne, les tours de veille ont déjà commencé, jusqu’à 7h demain les étudiants se relayeront autour du corps du Christ. Certains ont même fait le choix de dormir dans un des transepts, leurs ronflements donnant le tempo de nos réflexions. 

Dimanche. Réveil, petit-déjeuner et rangement, vite, on nous attend pour les Laudes. Direction Prouilhe, sac-à-dos au dos, chaussures lacées, nous repartons mais plus en frat, ce qui nous donne l’air d’un troupeau de moutons heureux. Encadrés par les équipes de sécurité, nous traversons la dernière étape pour nous rendre à l’abbaye. Là, photos, enseignements, sandwichs, puis forum de la Vie Consacrée.
En début d’après-midi, notre cortège s’élance vers Fanjeaux, la grande ascension commence, ponctuée de chants et de prières. Le soleil fait une apparition, nous marchons « entre ciel et terre » vers ce lieu où habitait saint Dominique, moment fort puisque nous fêtons cette année le 800ème anniversaire de la fondation de l’Ordre des Prêcheurs, les Dominicains.

Nous terminons donc ce week-end comme il avait commencé : par une messe et le récit de la Passion de Jésus. Certains en retiendront la veillée, d’autres l’intensité des prières. « Si vous deviez décrire le week-end en un mot ? » Magique, décapant, venteux, fatiguant, rayonnant, etc. De nouvelles rencontres, de nouvelles réponses dans le rubik’s cube de nos vies étudiantes.

Finalement, après une ultime distribution de cookies et de pommes, nous repartons, les jambes fatiguées mais le cœur en fête. Et dire que j’avais hésité à rester dans mon lit samedi matin…
Maintenant dernière ligne droite vers Pâques. Sursum Corda.

 

Vous pouvez voir les photos du pèlerinage Exode 31 sur le site de la Pasto des étudiants.

 


Actualité publiée le 31 mars 2015