Homélie de Mgr Le Gall, Dimanche Lætare - 4e de Carême

prêchée à labasilique de Saint-Sernin le dimanche 14 mars 2021

Homélie de Mgr Le Gall, Dimanche Lætare - 4e de Carême

« Quelle est votre place dans le projet de Dieu ? »
C’est la dernière question que m’ont posée hier matin
une trentaine de jeunes confirmands. Elle m’habite encore.
Vous avez bien entendu : Comment je me situe dans le dessein de Dieu ?
Ce n’est pas : Quel est mon projet à moi ?
Mais bien comment j’entre dans celui de Dieu.
Je peux, je dois avoir des projets pour moi.
Ce n’est pas facile pour les jeunes dans la situation où nous sommes.
Il est légitime, nécessaire même de se projeter pour l’avenir,
ce qui implique que je me positionne dans le monde tel qu’il est.
Avoir tout un programme, porté par une ambition stimulante
est une bonne chose, mais s’il n’est pas en lien avec ce qui est possible,
il ne sera pas réaliste et ne pourra pas devenir réalité.

Pour nous, les croyants, Dieu a un projet,
lui qui est à la fois le Créateur et le Rédempteur.
Il nous le dévoile dans sa Parole et le déploie dans les sacrements.
Paul nous le révèle au début de sa lettre aux Éphésiens :
«  Il nous dévoile le mystère de sa volonté,
selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ ;
pour mener les temps à leur plénitude,
récapituler toutes choses dans le Christ,
celles du ciel et celles de la terre
 » (1, 9-10).
Il ajoute : « En lui, nous sommes devenus
le domaine particulier de Dieu, nous y avons été prédestinés
selon le projet de celui qui réalise tout ce qu’il a décidé 
 » (11).

C’est là que revient la question des jeunes :
« Quelle est votre place dans le projet de Dieu ? »
Ce n’est pas moi qui suis premier : c’est Dieu et son projet.
Comment puis-je connaître ce projet et m’y insérer,
pour trouver ma vraie, ma pleine place dans ce plan d’amour ?
Ce dimanche de la mi-Carême, ce dimanche de la joie,
rose dans la ville rose, Dieu nous répond.
Après le désastre de la chute de Jérusalem
et de la déportation du peuple élu à Babylone,
Dieu donne une mission à Cyrus, roi de Perse :
« Le Seigneur, le Dieu du ciel, m’a chargé de lui bâtir
une maison à Jérusalem, en Juda.
Quiconque parmi vous fait partie de son peuple,
que le Seigneur son Dieu soit avec lui,
et qu’il monte à Jérusalem
 » (2 Ch 36, 23).

En ce temps de pandémie, de grave crise sanitaire et de désastre écologique,
nous avons le devoir, comme le pape François le dit avec force,
de rebâtir, en la respectant, la « Maison commune » qu’est notre planète.
Si la mission « Persévérance » a pu atteindre magnifiquement la planète Mars,
avec les caméras venues de Toulouse, il nous est possible, ensemble,
de restaurer notre planète, pour « vivre mieux avec moins »
et « diminuer pour grandir », comme on le dit avec justesse.
Nous travaillons en même temps, notamment dans notre Conférence épiscopale,
pour que l’Église elle-même soit une « maison sûre »,
selon la forte expression du pape François.

Nous ne sommes pas des prophètes de malheur :
nous voulons être les porte-parole de celui qui a pour nous
des pensées de bonheur et non de malheur,
un dessein de vie, non de mort.
Nous venons de l’entendre dans le passage de la lettre aux Éphésiens :
« Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour
dont il nous a aimés, nous qui étions morts par suite de nos fautes,
il nous a donné la vie avec le Christ. C’est bien par grâce que vous êtes sauvés 
 » (2, 4-5).
Ce à quoi renchérit saint Jean dans son évangile :
« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas,
mais obtienne la vie éternelle
 » (3, 16).

Voilà de quoi nous réjouir vraiment : nous sommes sauvés, nous sommes aimés !
N’est-ce pas ce que comprennent les catéchumènes qui avancent
ce dimanche pour un nouveau scrutin sur leur chemin vers leur baptême ?
N’est-ce pas ce que les fiancés découvrent pour situer et fortifier leur amour ?
Oui, frères et sœurs, gardons au cœur la question des jeunes confirmands d’hier :
« Quelle est votre place dans le projet de Dieu ? »
Nous avons des réponses ; à nous de nous engager !
En avant toute !

le 14 mars 2021
Mgr Robert Le Gall

 


Actualité publiée le 15 mars 2021