Une grande joie nous advient : Il est notre Sauveur !

par Mgr Robert Le Gall, Archevêque de Toulouse

Une grande joie nous advient : Il est notre Sauveur !

La première parole de Dieu
entendue au début de ce nouvel Avent
résonne clairement à nos oreilles :
« Tous, nous étions desséchés comme des feuilles,
et nos fautes, comme le vent, nous emportaient.
 »
C’est le grand prophète Isaïe qui nous parle,
au moment où nos arbres ont presque tous perdu
leurs feuilles que nous foulons sous nos pieds.
Mais en même temps, grâce à la douceur du temps,
les bourgeons commencent à grossir.
Depuis plusieurs mois, la pandémie nous ratatine :
nous avons l’impression de nous étioler ;
en plus, on nous limite dans notre vie d’Église.
La suite d’Isaïe nous parle en ce sens :
« Personne n’invoque plus ton nom,
nul ne se réveille pour prendre appui sur toi. 
 »
Debout ! Partons à la rencontre du Seigneur qui vient !
Il nous rejoint dans nos inquiétudes et nos angoisses.
Veillons dans son attente, invoquons son nom,
chez nous, dans nos églises qui vont nous accueillir
à nouveau pour que nous appelions le Sauveur
à notre secours : « Viens, Seigneur Jésus ! »
Il nous apporte le salut et la santé.
Comme écrit le prophète Malachie,
le dernier de l’Ancien Testament :
« Pour vous qui craignez mon nom,
le soleil de justice se lèvera :
il apportera la guérison dans son rayonnement.
Vous sortirez en bondissant
comme de jeunes veaux à la pâture
 » (3 20).
Avec la Vierge enceinte, veillons dans l’attente :
il vient nous sauver, nous guérir et nous rendre la joie.

+ fr. Robert Le Gall Archevêque de Toulouse

 

 

 

 


Actualité publiée le 1er décembre 2020