Edito septembre 2018

A la grâce de Dieu

La Création d’Adam par Michel-Ange

 

Nous voici à l’aube d’une nouvelle année pastorale. Nul ne sait par avance ce qu’elle sera. Tous savent, en revanche, ce qu’ils veulent et peuvent faire pour qu’elle soit porteuse de fruits pour la gloire de Dieu et le salut du monde. « Aide toi, le ciel t’aidera » écrivait Jean de La Fontaine ! « Combattez et Dieu donnera la victoire » criait sainte Jeanne d’Arc à ses capitaines ! Ces sages paroles nous enseignent bien que tout ne nous tombe pas tout cuit dans le bec !!! Certains pourraient répliquer « que tout finit par poindre à qui sait attendre » ! Qu’ils me pardonnent de ne pas reconnaître cet adage très moral car il peut encourager la paresse voire « l’oisiveté qui est la mère de tous les vices ».

Je voudrais vous proposer un nouvel adage très paraphrase des deux premiers cités ci-dessus :

« Va à Dieu et Dieu viendra à toi » !

Beaucoup ont appris l’accident dont a été victime l’abbé Cyrille au Congo. Revenu en France il a subi une intervention chirurgicale orthopédique qui le rend indisponible pendant plusieurs semaines même si celle-ci s’est bien passée. Déjà, je vous remercie de le porter dans votre prière. Cette absence n’est pas sans conséquences :

- La première conséquence est que je me retrouve momentanément tout seul, comme prêtre, pour assurer le ministère sacerdotal. Combien de temps ? A la grâce de Dieu !
Je sais que je peux compter sur le ministère diaconal de nos diacres mais je n’oublie pas qu’un diacre ne remplace pas un prêtre. Seul le prêtre remplace le prêtre !

- La deuxième conséquence, vous le comprendrez bien, est que je ne pourrai pas être partout et qu’il me faudra être là où est l’essentiel. Pour le reste ce sera à la grâce de Dieu !

- La troisième conséquence est que, obligé, j’ai décidé la suppression de certaines messes dominicales ou parfois le changement horaire suivant les cas. Assister et participer à la messe dominicale étant le 2ème précepte de notre Mère la Sainte Eglise conforme au 3ème commandement de Dieu « Tu sanctifieras le jour du Seigneur » (Dt 5,12), je ne veux et ne peux pas autoriser des célébrations type ADAP1 même conduites par un Diacre. Seule une messe remplace une messe ! Et … rien ne vaut une messe … même pas Paris !!! J’ai veillé à ce que chaque village ait une messe à moins de 13 km. L’amour pour le Seigneur nous rappellera que, quand on aime on ne compte pas, sauf sur la grâce de Dieu !

Je me sens autorisé de confier à votre prière les prêtres que j’ai trouvés pour m’aider les week-ends. Sachons les accueillir et les remercier ! Je me confie aussi à votre prière, ce ne sera pas évident pour moi ! Je m’abandonne au Seigneur, à la grâce de Dieu !
L’oraison du 9ème dimanche du Temps ordinaire fait prier l’Eglise par ces mots :

« Seigneur notre Père, nous en appelons à ta providence qui jamais ne se trompe en ses desseins : tout ce qui fait du mal, écarte-le, et donne-nous ce qui peut nous aider… »

Que veut nous dire le Seigneur par cette situation qu’Il autorise ? Qui que nous soyons, Evêque, Vicaire Général ou épiscopal, membre du grand Conseil, curé, vicaire, diacre, fidèle laïc, pourquoi ne pas nous laisser interroger : oui, qu’est-ce que le Seigneur veut me dire ?... et nous laisser inspirer par son Esprit Saint… à la grâce de Dieu !

 

Abbé Régis l’HUILLIER+, curé

 

 

 

Agenda

Plus...

Liens