Notre-Dame de Polignan

à Gourdan Polignan, dans le Comminges

Notre-Dame de Polignan


 

► C’est à Gourdan Polignan, dans le Comminges, que se trouve la chapelle mariale.

► Elle présente un portail dont les vantaux sont classés au titre d’objet des monuments historiques de France, tout comme l’est également le retable triptyque du maître-autel qui date du XVIème siècle.

 

Ce qu’il faut savoir

Le document le plus ancien retrouvé parle de l’existence d’une chapelle en 1361, il est écrit «  qu’un legs de quatre livres de cire a été fait à l’hôpital et à la Chapelle Sainte-Marie de Polignan  ». Il y avait alors au XIVème siècle un hôpital et une chapelle à cet endroit, mais on ne peut savoir depuis combien de temps avait été construit la chapelle.

 

Légende de la Vierge noire 

Parmi les bœufs, un mangeait beaucoup moins que les autres mais était plus gras. Chaque jour, il sortait de l’étable et alla toujours vers le même buisson. Par curiosité, le fermier décida d’aller voir ce qui se trouvait dans ce buisson, et découvrit une statue d’une Vierge noire avec l’enfant Jésus que léchait tendrement le taureau.

Le fermier eut alors l’idée de l’apporter au curé de Huos (certaines disent au curé de Gourdan) et la plaça dans son église. Pendant la nuit, la statue retourna dans ce buisson fait de ronces et de cailloux.

Elle fût rapportée une seconde fois dans l’église et attachée avec des chaînes, mais la nuit suivante, la statue retourna à sa place favorite. Le curé et les villageois conclurent que la Vierge Marie voulait qu’à cet endroit soit construit un oratoire ou une chapelle. Aujourd’hui, cette chaîne est encore suspendue au mur derrière la statue.

 

Célébration

De tradition, les bergers redescendant des pâturages, venaient faire bénir leur production.

C’est donc le 8 septembre de chaque année qu’est célébrée, outre la fête de la nativité de la Vierge Marie, la «  fête du fromage  ». Les paroissiens assistent ainsi à la bénédiction des fromages et fromagers dont la plupart descendront de la vallée de la Barousse. Comme le faisaient leurs pères et grands-pères autrefois.