L’Épiphanie : la manifestation de Dieu

La fête de l’Épiphanie est le prolongement de la fête de Noël. Le mot « Épiphanie  » signifie « manifestation » : c’est la « manifestation » de Dieu aux hommes. De tous temps, en effet, les hommes ont aspiré à voir Dieu, mais « nul n’a jamais vu Dieu » (Saint Jean 1, 18). Pour nous Le faire connaître, Jésus, Dieu le Fils, est descendu sur la terre.

Sa naissance à Bethléem, le jour de Noël, est la manifestation de Dieu au peuple Juif. Mais le salut promis aux hommes ne se limite pas au seul peuple d’Israël : Dieu, en effet, veut que TOUS les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité (1 Tim 2, 4).

Les Mages à Bethléem

Trois mages venus d’Orient, conduits par une étoile, arrivent à Bethléem pour adorer l’Enfant Jésus et Lui offrent en hommage de l’or, de l’encens et de la myrrhe (Saint Matthieu 2, 1-12). En la personne des mages, c’est maintenant à tous les hommes que Dieu se manifeste, qu’Il se fait connaître. C’est l’objet de la fête de l’Épiphanie :

« Aujourd’hui, Seigneur, Tu as révélé ton Fils unique aux Nations grâce à l’étoile qui les guidait ; daigne nous accorder, à nous qui Te connaissons déjà par la foi, d’être conduits jusqu’à la claire vision de ta splendeur ». (Prière d’ouverture de la messe).

Les « Nations », ou « Gentils », c’est l’ensemble des peuples païens qui ne connaissent pas le vrai Dieu.

La fête de l’Épiphanie, c’est l’espérance du salut ouverte à tous les hommes. Le sens de cette fête est clairement exprimé dans l’encyclique Mediator Dei de Pie XII :

« Par la solennité de l’Épiphanie, l’Église rappelle la vocation des « Gentils » à la foi chrétienne. Son intention par là est de nous inviter à rendre grâces tous les jours à l’Éternel de ce grand bienfait et, à l’exemple des rois mages, rechercher avec une foi agissante le Dieu Vivant et Vrai, nous appliquer à acquérir une intelligence pieuse et profonde des réalités surnaturelles, et nous plaire au silence et à la méditation qui permettent de contempler plus facilement et de recevoir les dons du ciel. » (Pie XII, Mediator Dei, encyclique sur la liturgie, 1947).

 

Présenter à Dieu des offrandes dignes de Lui…

« Les mages offrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. L’or convient à un roi, tandis que l’encens sert pour le service divin ; mais avec la myrrhe, on embaume les corps des morts. Par leurs présents mystiques, les mages proclament donc Celui qu’ils adorent : l’or indique un Roi, l’encens un Dieu, la myrrhe, un homme mortel. » (Saint Grégoire)

L’offrande des Mages est l’expression concrète de leur adoration, de leur reconnaissance et dépendance du Souverain Roi.
Leur exemple est pour nous une leçon : que pourront être pour nous ces hommages dignes de Dieu ? Quels dons allons-nous offrir à Jésus ?
Concrètement, allons-nous Lui apporter, comme nous y invite Saint Grégoire, de l’or, de l’encens, de la myrrhe ?

Ces offrandes, nous le comprenons, ont une valeur mystique, symbolique :

« Celui que les Mages ont adoré petit enfant dans une crèche, adorons-Le tout-puissant dans les cieux. Et, comme les Rois firent de leurs trésors des offrandes mystiques au Seigneur, à notre tour, tirons de nos cœurs des dons qui méritent d’être offerts à Dieu » (Saint Léon).

 

L’or, l’encens, la myrrhe

L’or

L’or offert au Roi est le signe de :

1. Notre soumission à Dieu, une soumission faite d’amour et de confiance. Les âmes des justes sont dans la main de Dieu…
«  Dieu les a éprouvés comme l’or dans la fournaise, et les a acceptées comme une offrande parfaite  ». (Sagesse 3, 1. 5-6).

2. La perfection (comme l’or purifié par le feu) : on ne peut offrir au Roi que ce qu’on a de plus beau. « Montre-toi patient, car l’or est éprouvé au feu… Mets en Dieu ta confiance, et Il te viendra en aide ». (Si 5,6).
« Que la patience s’accompagne d’œuvres parfaites, afin que vous soyez parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer  ». (Jc 1, 2-4).

3. Le détachement  : faire toutes choses pour le Roi Jésus, et non pour notre propre satisfaction, notre intérêt ou notre gloire personnelle : c’est « l’esprit de pauvreté ». En tout, laisser à Jésus la première place, parce qu’on l’aime.

L’encens

L’encens (du latin incensum, brûler) que l’on fait brûler devant Dieu et qui dégage un parfum agréable, signifie :

1. L’adoration  : la créature s’anéantit devant son créateur, comme l’encens se consume devant Dieu.
« Grand est mon Nom parmi les nations. En tout lieu on présente à mon Nom un sacrifice d’encens et une offrande pure. Car grand est mon Nom. Parole du Seigneur ». (Mi 1,11).

2. La prière, qui s’élève devant Dieu comme la fumée de l’encens.
« Que ma prière, Seigneur, monte comme l’encens en ta présence…  »(Ps 140, 2).

3. La grâce que Dieu répand dans les âmes, comme la bonne odeur qu’exhale l’encens dans l’église.
« Nous sommes pour Dieu la bonne odeur du Christ… » (2 Co 2, 15).

4. L’obéissance, ou soumission de notre volonté : quand on jette l’encens dans le feu, il se consume en une fumée odorante qui monte vers le ciel. Ce feu, c’est l’obéissance ; l’encens, notre volonté. Notre volonté soumise à Dieu est comme un sacrifice d’agréable odeur que nous offrons à Dieu.

La myrrhe

La myrrhe est une résine aromatique produite par le balsamier (arbuste des pays chauds) : on s’en servait en Orient pour embaumer les morts. Mêlée à du vin, elle constituait un breuvage narcotique (anesthésique) qu’on offrait aux condamnés pour amortir le sentiment de la douleur. Parfum au goût amer, elle a la propriété de préserver les corps des morts de la corruption (ou pourrissement), c’est pourquoi elle est signe de pureté.

La myrrhe est donc le symbole de la souffrance et de la mort. Offerte à l’humanité de Jésus en prévision de sa mort pour nos péchés, la myrrhe nous rappelle la nécessité de la mortification* : notre nature humaine, déviée par le péché, a toujours besoin, pour combattre ses mauvaises tendances, d’être corrigée, redressée, « mortifiée » par des efforts de maîtrise de soi.

 

 

* Mortification  : Privation ou souffrance que l’on s’impose, dans une intention spirituelle ou morale, en vue d’une plus grande maîtrise de soi. La mortification doit toujours tendre à l’humiliation de l’amour-propre.

 

Pour aller plus loin, lire aussi
Actualité publiée le 2 janvier 2017

 

 

Oraison de la fête de l’Épiphanie

Aujourd’hui, Seigneur,
Tu as révélé ton Fils unique aux nations,
grâce à l’étoile qui les guidait.

Daigne nous accorder,
à nous qui te connaissons déjà par la foi,
d’être conduits jusqu’à la claire vision de ta splendeur.

 

Prière pour l’Épiphanie

Tout le ciel s’emplit
D’une joie nouvelle :
On entend la nuit
Dire la merveille,
Fête sans pareille :
Le Sauveur est né,
L’Enfant-Dieu nous est donné.

Le Seigneur paraît,
Verbe de lumière :
L’univers connaît
La bonté du Père.
Dieu sur notre terre
Vient tracer la voie
Où chemineront nos pas.

Avec les bergers,
Avec tous les sages,
C’est le monde entier
Qui vers lui s’engage
Pour voir le visage
De l’Amour vivant
Qui pour nous s’est fait enfant.

Gloire à Jésus Christ,
Gloire au Fils du Père !
Gloire à son Esprit
Dont l’amour éclaire
L’éclatant mystère
Qui remplit le ciel :
Gloire à l’Homme-Dieu, Noël !